Trêve à Tripoli, accalmie à Benghazi

le
0
TRÊVE À TRIPOLI
TRÊVE À TRIPOLI

BENGHAZI/TRIPOLI (Reuters) - Les milices libyennes qui s'affrontent pour le contrôle de l'aéroport international de Tripoli se sont entendues mercredi pour respecter un cessez-le-feu temporaire qui doit permettre aux pompiers de maîtriser l'incendie qui fait rage dans un dépôt d'hydrocarbures touché par une roquette.

A Benghazi, la deuxième ville du pays, dans l'est, 75 corps, des cadavres de soldats pour la plupart, ont été récupérés après deux jours de combats qui ont vu des combattants islamistes prendre une base militaire et déloger des éléments des forces spéciales.

Depuis deux semaines, la Libye vit au rythme des combats les plus violents depuis la guerre civile qui a mis fin au règne de Mouammar Kadhafi, en 2011.

A la suite des Nations unies et des Etats-Unis, plusieurs pays, ont décidé, face à la dégradation de la situation, de rappeler leur personnel diplomatique en poste à Tripoli. Après avoir recommandé à ses ressortissants de quitter le pays, la France a décidé mercredi la fermeture temporaire de son ambassade et évacué trente Français.

A Tripoli, où les ex-brigades rebelles de Zentane et de Misrata se battent à l'artillerie pour le contrôle de l'aéroport, la journée a été la plus calme depuis deux semaines.

La trêve temporaire conclue par les combattants doit permettre d'éteindre le gigantesque incendie d'un dépôt de carburants déclenché par une roquette. Des millions de litres de carburants et de gaz sont stockés sur le site.

Impossible à ce stade de savoir si le sinistre a été maîtrisé. Un porte-parole de la compagnie nationale pétrolière NOC, dont une filiale gère le dépôt de carburants, a dit ne pas avoir d'information nouvelle relative à la situation.

A Benghazi aussi la journée a été plus calme.

Un responsable du Croissant-Rouge libyen a dit que les équipes de secouristes en avaient profité pour prendre en charge plus de 50 corps dans la base militaire prise la veille par les combattants islamistes du Conseil de la Choura de Benghazi.

De sources médicales, on fait état d'au moins 25 corps supplémentaires récupérés sur d'autres lieux d'affrontements dans Benghazi.

Le Conseil de la Choura de Benghazi intègre d'anciens rebelles et des combattants d'Ansar al Charia, un groupe lié à Al Qaïda impliqué dans l'attaque de septembre 2012 contre le consulat américain de la ville, fatale à l'ambassadeur Christopher Stevens et à trois autres Américains.

(Aziz El Yaakoubi et Ayman Al-Warfalli; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant