Trémoulinas, l'an ukrainien

le
0
Trémoulinas, l'an ukrainien
Trémoulinas, l'an ukrainien

Aujourd'hui heureux locataire du couloir gauche sévillan, Benoît Trémoulinas a, le temps d'une demi-saison, occupé celui du Dynamo de Kiev. Une expérience ratée au niveau sportif, mais dont l'ancien Bordelais ne garde que des bons souvenirs en dehors des prés.

Six saisons durant, Benoît Trémoulinas cavale sur le flan gauche du stade Chaban-Delmas. En soi, le natif de Bordeaux réalise son rêve de gosse, lui l'amoureux des Girondins et l'habitué du Haillan. Formé au centre de formation du club au scapulaire dès son neuvième anniversaire, il gravit les échelons un à un jusqu'à prendre possession du poste de latéral de l'équipe première en 2007. Une idylle qui prend fin en 2013 : "J'avais besoin d'un nouveau défi. J'avais l'impression que je stagnais à Bordeaux. Ce n'était pas forcément concernant le niveau. J'avais tout simplement besoin d'un coup de fouet. "

« Le Dynamo de Kiev a été le seul club à vraiment s'être montré intéressé par ma venue. »Benoît Trémoulinas Dragué par de nombreuses écuries de Bundesliga - un championnat "toujours porté vers l'offensive, où les stades sont toujours remplis" -, il choisit pourtant l'exotisme rafraîchissant de l'Ukraine. "Le Dynamo de Kiev a été le seul club à vraiment s'être montré intéressé par ma venue, rembobine l'international français, posé sur la pelouse du centre d'entraînement sevillista. Ils n'ont pas arrêté de m'appeler depuis la fin mai. Je me suis laissé le temps de la réflexion pendant les vacances et, à la mi-juillet, j'ai décidé de m'engager avec eux. "

Ball-trap, karting et vie d'épicurien


Son arrivée dans la capitale ukrainienne intervient ainsi au beau milieu de la saison - à l'instar de la Russie, le championnat local s'étale sur tout l'été, hiver rigoureux oblige. Un calendrier qui ne sied pas du tout au manque de préparation de la recrue française à 6,5 millions d'euros : "J'étais arrivé à Kiev sans préparation, enfin juste avec une dizaine de jours dans les jambes. Et direct, je commence le championnat. Forcément, après un bon début de saison, je me suis écroulé physiquement… Et ça, le coach Oleg Blokhine n'a pas voulu du tout le comprendre." « C'est un club qui joue l'Europe tous les ans. Pour moi, c'était un…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant