Tremblay : malaise autour d'une barbe un peu trop longue

le
0
L'aspect physique d'un fonctionnaire a suscité de vives réactions.

C'est une barbe qui dérange. Celle de Kamel Bendjebbour, 36 ans, fonctionnaire à la mairie de Tremblay-en-France, dans la banlieue nord de Paris. Début mai, un adjoint du maire lui demande de la tailler mieux. Puis le convoque à un entretien. «Votre barbe est taillée de telle sorte qu'elle n'apparaît pas comme une barbe normale... votre aspect physique fait que vous n'êtes pas dans la neutralité», explique-t-il tandis que Kamel, qui n'est pas naïf, l'enregistre à son insu. «On me prend pour un islamiste, on m'accuse de faire du prosélytisme, alors que ma barbe fait partie de moi», explique-t-il à RTL, qui divulgue l'affaire hier matin.

Déjà suspendu depuis le mois de juin, Kamel devait passer en conseil de discipline, en vue de sa révocation, à la fin du mois de septembre. Parmi l'un des motifs figure un «manquement aux obligations de réserve et de neutralité à travers le port d'un signe distinctif». Une révocation constitue la sanction la plus grave à l'

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant