Treize morts dans une fusillade à Washington

le
1
FUSILLADE MEURTRIÈRE À WASHINGTON
FUSILLADE MEURTRIÈRE À WASHINGTON

par Deborah Charles et Phil Stewart et Ian Simpson

WASHINGTON (Reuters) - Une fusillade a fait treize morts lundi, dont son auteur présumé, sur un site de l'US Navy à Washington, non loin de la Maison blanche et du Capitole.

Selon le FBI, le suspect se nommait Aaron Alexis. Agé de 34 ans et originaire de Fort Worth, au Texas, cet ancien militaire travaillait en tant que sous-traitant pour le compte de la marine américaine.

Réserviste de la marine de mai 2007 à janvier 2011, il en a été renvoyé pour des écarts de conduite, a par ailleurs indiqué un responsable de la Navy.

Il possédait une autorisation et devait commencer à travailler au Navy Yard de Washington en tant que sous-traitant muni d'une carte d'identification fournie par l'armée, a indiqué le FBI.

Alexis était armé d'un fusil d'assaut AR-15, d'un fusil à double canon et d'un pistolet, a précisé une source sécuritaire fédérale. Son mobile reste inconnu.

Outre les douze victimes du tireur présumé, âgés de 46 à 73 ans, Vincent Gray, maire de Washington, a fait état de huit blessés, dont trois par balles.

La police soupçonnait l'existence d'un deuxième tireur, mais l'hypothèse semble avoir été écartée. "Nous avons continué à étudier la possibilité qu'il y ait un autre tireur mais nous n'avons pas de preuve, pas d'indication à ce stade qu'il y avait un deuxième tireur", a déclaré Vincent Gray lors d'une conférence de presse.

Cathy Lanier, chef de la police de Washington, a quant à elle annoncé la levée des mesures de précaution en vigueur dans les quartiers proches du site, toutes les pistes susceptibles de mener à ce deuxième tireur ayant été examinées en vain.

Le Navy Yard, un complexe de 16 blocs d'immeubles où travaillent 3.000 personnes, se trouve à moins de deux kilomètres du Capitole et à cinq kilomètres de la Maison blanche.

"TOUT LE MONDE PANIQUAIT"

L'auteur des tirs est entré dans le bâtiment du Naval Sea Systems Command Headquaters à 08h20 (12h20 GMT) et a ouvert le feu depuis l'atrium du quatrième étage, rapportent les témoins.

L'alarme incendie a alors retenti et les agents de sécurité ont ordonné l'évacuation du bâtiment. Plusieurs centaines de personnes en sont sorties, certaines en franchissant des murs, puis ordre a été donné à ceux qui se trouvaient toujours à l'intérieur de rester dans leurs bureaux.

Les policiers et les militaires dépêchés sur les lieux ont fini par tuer le forcené après plusieurs échanges de tirs, a rapporté Cathy Lanier, chef de la police de Washington, qui a évoqué des "actes d'héroïsme" pendant la fusillade.

"Tout le monde paniquait et se demandait par où sortir. Quelques uns d'entre nous se sont enfuis par une porte latérale", a déclaré à la presse une employée du Navy Yard.

Il s'agit de la fusillade la plus meurtrière dans une installation militaire américaine depuis celle de Fort Hood, au Texas, qui a fait 13 morts et 31 blessés en 2009. L'auteur, le commandant Nidal Hasan, a dit avoir agi pour venger les musulmans tués en Afghanistan et en Irak. Il a été condamné à mort le mois dernier.

"Nous sommes face à une nouvelle fusillade et aujourd'hui elle s'est produite sur un autre site militaire, dans la capitale de notre pays", a déploré Barack Obama, qui a prôné un durcissement de la législation sur les armes à feu après la tuerie de Newton, dans le Connecticut, qui a coûté la vie à 20 écoliers et six adultes en décembre.

"Ils connaissent les dangers des missions à l'étranger mais aujourd'hui ils ont été confrontés à la violence inimaginable à laquelle ils ne s'attendaient pas ici chez nous", a ajouté le président.

Joint par téléphone, le père d'Aaron Alexis s'est dit "complètement choqué" en apprenant l'éventuelle implication de son fils dans cette fusillade.

DEUX DÉCORATIONS

Il avait repris des études tout en travaillant dans le domaine informatique pour le compte d'une société privée, a-t-il précisé.

Un responsable de la Navy avait auparavant indiqué qu'Alexis avait servi à temps plein parmi les réservistes de la Marine de mai 2007 à janvier 2011. Il y a obtenu la médaille du service de la Défense nationale et celle de la Guerre mondiale contre le terrorisme, deux distinctions assez communes.

Le 4 septembre 2010, il a été arrêté à Fort Worth, au Texas, pour avoir fait usage d'une arme à feu, mais l'affaire a été classée.

"Il a été déterminé qu'Alexis nettoyait son arme dans son appartement quand le coup est parti accidentellement. Une balle a atteint l'appartement du dessus. Personne n'a été blessé", dit une porte-parole du procureur du comté de Tarrant dans un communiqué.

Il a également été arrêté en 2004 à Seattle pour avoir tiré dans les pneus d'une voiture au cours d'une altercation avec un automobiliste, selon la police de la ville.

Aaron Alexis a par ailleurs travaillé en 2008 dans un restaurant thaïlandais de White Settlement, au Texas, selon Tiki Confer, propriétaire de l'établissement. Il parlait thaïlandais et il lui arrivait de prier dans un temple bouddhiste, a-t-elle précisé.

Quelques heures après la fusillade, un homme a lancé des pétards par-dessus la clôture nord de la Maison blanche, ce qui a donné lieu à une alerte. L'homme a été arrêté.

Les départs ont en outre été brièvement suspendus au Reagan National Airport, un aéroport de Washington.

Avec Susan Heavey, Susan Cornwell, Lacey Johnson, Margaret Chadbourn, Chris Francescani et Tabassum Zakaria; Jean-Philippe Lefief et Tangi Salaün pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7446365 le mardi 17 sept 2013 à 09:38

    Encore un qui a du ce faire mettre un doigt dans le Q par son gouvernement yankee...et qui se fait justice. Tient son gouvernement y voit deja un terroriste bouddhiste...