Travaux forcés, exploitation d'enfants... Des abus dans la production d'huile de palme

le
0
Le 16 septembre 2015, une adolescente indonésienne de 13 ans dans une plantation d'huile de palme à Pelalawan, dans la région de Riau sur l'île de Sumatra.
Le 16 septembre 2015, une adolescente indonésienne de 13 ans dans une plantation d'huile de palme à Pelalawan, dans la région de Riau sur l'île de Sumatra.

Dans un rapport, Amnesty International dénonce les conditions de travail dans des plantations en Indonésie et souligne l’apathie des multinationales.

Des multinationales commercialisent des produits alimentaires et cosmétiques contenant de l’huile de palme dont la production est entachée de multiples infractions, affirme Amnesty International dans un rapport publié mercredi 30 novembre. L’ONG s’appuie sur des investigations effectuées dans des plantations en Indonésie, appartenant au géant singapourien des matières premières agricoles Wilmar.

Parmi les abus constatés, des enfants âgés de 8 à 14 ans transportent des sacs pesant de 12 à 25 kilos et travaillent sans équipements de protection dans des exploitations où des pesticides toxiques sont utilisés, dénonce l’ONG. Certains quittent l’école pour toute ou partie de la journée pour venir en aide à leurs parents.

En outre, des femmes sont contraintes de travailler pendant de longues heures sous la menace de réduction de salaire, et sont payées moins que le salaire minimum, gagnant seulement 2,50 dollars (2,30 euros) par jour dans les cas extrêmes.

Wilmar reconnaît des problèmes Des sociétés « ferment les yeux sur l’exploitation de travailleurs dans leur chaîne de fabrication », s’insurge Amnesty dans son rapport, insistant sur le fait que « des grandes marques continuent de profiter de pratiques illicites déplorables ». Et l’ONG de citer les cas de Colgate, Nestlé et Unilever qui « assurent les consommateurs que leurs produits sont composés d’“huile de palme durable” », c’est-à-dire qui prévient la déforestation, respecte l’environnement et les populations locales :

«...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant