Travail : pas de harcèlement sexuel en cas de familiarités réciproques

le
1
Attention à votre comportement vis à vis de votre manager. Si vous répondez positivement à ses clins d'?il ou à ses avances, il vous sera ensuite difficile de vous plaindre de harcèlement.

Qui n'a jamais écrit un banal «bisou», ou «je t'embrasse» à la fin d'un mail pro destiné à son manager direct ou à n'importe quel supérieur hiérarchique? Loins d'être anodines, ces petites attentions peuvent en fait se retourner contre vous, dans le cas où votre supérieur aurait envie d'aller un peu plus loin dans ses sympathies, sans que vous en ayez spécialement envie. Selon le droit français, en cas de familiarités réciproques, il n'y a plus de harcèlement sexuel! Autrement dit, votre employeur ne pourra pas être licencié si un jour celui-ci devait avoir une attitude déplacée envers vous.

À Aix-en-Provence, la Cour d'Appel a émis un jugement en ce sens, rapporte l'avocat spécialiste du Droit du travail Éric Rocheblave sur son blog. Une société reprochait à un de ses...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bearnhar le mercredi 2 oct 2013 à 11:47

    T'as raison que je vais écrire "bisou" ou "Je t'embrasse", à mon manager, sont complètement azymuthés...J'écris Cdt, c'est déjà pas mal.Bien sur qu'il faut fuir les familiarités, mais avec tout le monde.Une personne qui se permet des familiarités, à la base il faut s'en méfier.