Travail du dimanche : les salariés du bricolage manifestent près de Matignon

le
33
Travail du dimanche : les salariés du bricolage manifestent près de Matignon
Travail du dimanche : les salariés du bricolage manifestent près de Matignon

«On ne fait pas la manche, on veut le dimanche». C'est sous ce slogan qu'environ 150 salariés des enseignes de bricolage Leroy Merlin et Castorama se sont rassemblés ce mercredi à proximité de l'hôtel Matignon, à Paris (VIIème) pour réclamer de pouvoir travailler le dimanche.

Largement soutenus par les enseignes spécialisées comme Leroy Merlin, les salariés du «Collectif des Bricoleurs du dimanche», dont les T-shirts et autres pancartes sont intégralement financés par leurs entreprises, étaient regroupés derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire : «Si on attend le rapport, on est morts».

Le gouvernement a chargé lundi l'ex-PDG de La Poste, Jean-Paul Bailly, de faire des propositions de réforme sur l'épineuse question du travail dominical fin novembre. Les salariés estiment, eux, qu'il y a «urgence».

Une délégation reçue par le cabinet Ayrault

«Tous les gens qui sont là sont dans la panique. On a des étudiants qui ne savent pas s'ils pourront travailler dimanche prochain», a déploré Gerald Fillon, porte-parole du collectif. Sans remettre en cause le principe du repos dominical, les protestataires demandent une dérogation pour les magasins de bricolage comme celles existantes pour les jardineries ou l'ameublement. Une délégation de salariés a été reçue en fin de matinée par des membres du cabinet du Premier ministre Jean-Marc Ayrault. A la sortie, Gérard Fillon a affirmé que l'échange avait été «serein et très constructif» et que Jean-Claude Bailly allait prochainnement les recevoir.

Interrogés sur le risque d'une disparition des majorations, pointé par les syndicats, en cas de banalisation du travail du dimanche, les manifestants affichent leur sérénité. «Cela fait trente ans qu'on a cette garantie, je ne crois pas que nos entreprises reviendront dessus», a repris Gerald Fillon, appelant plutôt à ce que les enseignes qui n'accordent pas cette majoration le fassent.

Pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1945416 le jeudi 3 oct 2013 à 11:38

    ma pause déjeuné est courte, mais je répond quand même a ceux qui passent leurs journée sur ce forum ,à mépriser ceux qui n'ont pas la même opinion qu'eux, qui ne doivent pas savoir ce que c'est que de travailler (surtout si papa-maman payent l'appart et le chômage l'argent de poche) , à part saturer le forum de votre soi disant connaissance, vous devez pas travailler beaucoup... et non j'aurai pas le temps de répondre a vos insultes

  • M4760237 le jeudi 3 oct 2013 à 11:16

    Posez la question autour de vous : ceux qui travaillent déjà le dimanche (pompiers, boulangers, buralistes, turfistes, personnels des transports, de la santé...) ne sont pas opposés au travail libre le dimanche. Seuls y sont opposés ceux à qui cela fait peur de se voir travailler avec les autres !

  • psdi le jeudi 3 oct 2013 à 10:22

    Vous pensez que SES salariés sont payés en HS par leur patron pour manifester?. Serait pas étonné.

  • M1945416 le jeudi 3 oct 2013 à 07:32

    en gros: c'est les lèches c u l, qu'on montre à la télé, ils ont d'autres avantages , ceux qui veulent pas bosser le dimanche sont sacqué , il y a pas d'embauche juste des planning aménagé, tu travaille dimanche pas le jeudi... ext, mais ça pas un journaliste pour en parler ...

  • M1945416 le jeudi 3 oct 2013 à 07:28

    il y a rien qui vous choque? j'ai regardé sur les photos, c'est a peine 100 manifestants pour une 15aine de magasins, cad, 10 employés par magasin, alors que dans certains il y a 400 employés, donc même pas 3% de représentation, et les journalistes font passer ce petit % , pour l'ensemble du personnel? quel manipulation... j'ai eu un mail d'un employé trop long a mettre ici , c'est tout un autre discourt

  • nebraska le mercredi 2 oct 2013 à 16:51

    tmaquet - Je pense que malheureusement tu es très loin du compte. Car il est très difficile d'estimer, à part peut-être les Stés concernées, tous le fret que nous avons perdus dans nos ports français suite aux gréves à répétition de nos dockers.

  • M2766070 le mercredi 2 oct 2013 à 16:50

    si y a avancée alors les dimancheest payé triple, meme les boulangers ... meme les infirmières ... stop le gvt dira non , pas les hopito !!!!

  • M2766070 le mercredi 2 oct 2013 à 16:48

    ouais font crever le port de Marseille !!! les dockers avec 5000€/mois pour 15h/semaine... bon on débarque à Savonna, ou Genova, ou Livorno en Italie z ont besoin de travail là bas ....

  • tmaquet le mercredi 2 oct 2013 à 16:19

    Effectivement, n'oublions jamais tout ce que les syndicats, CGT en tête ont fait pour la France: à combien s’élève la facture occasionnée par les innombrables conflits, blocages et autres grèves qu'ils ont provoqué dans les ports, les transports, l'industrie, etc. Oserai-je dire des milliards d'Euros ?

  • M5538860 le mercredi 2 oct 2013 à 15:43

    C'est vrai @sheyde1 mais cela permet à certains d'avoir soit un complément de revenu (le code du travail valorisant davantage les dimanches, nuits et jours fériés)pour les employés permanents de ces enseignes, soit un revenu tout court (étudiants par ex). Je trouve anormal que certains syndicalistes entravent la liberté du travail même si la cause qu'ils défendent est légitime ou justifiée.