Travail du dimanche : le débat n'en finit pas

le
4
La boutique Marionnaud, sur les Champs-Élysées, où de nombreuses boutiques sont autorisées à ouvrir le dimanche.
La boutique Marionnaud, sur les Champs-Élysées, où de nombreuses boutiques sont autorisées à ouvrir le dimanche.

Le projet de libéralisation des ouvertures dominicales des commerces, qui doit être présenté mercredi en conseil des ministres, suscite déjà beaucoup de remous, y compris chez les commerçants, dont beaucoup le jugent trop timoré. Comme l'a confirmé Manuel Valls dimanche, le gouvernement prévoit notamment d'étendre la possibilité pour les commerçants d'ouvrir leurs magasins de cinq à douze dimanches par an. Les ouvertures dominicales seraient également élargies pour les commerces situés dans les zones de très forte affluence touristique, comme Paris, et les gares.Lire aussi Ce que propose vraiment la loi Macron Ces mesures, intégrées au projet de loi Macron sur la croissance et l'activité, seront dévoilées dans leur intégralité mercredi. Elles provoquent toutefois déjà une forte opposition chez les syndicats, qui appellent à une manifestation le 16 décembre. Elles sont également loin de faire l'unanimité à l'UMP, qui voudrait une plus grande libéralisation, mais également chez plusieurs élus de gauche, dont le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, et la maire de Paris, Anne Hildalgo, favorable au contraire à des ouvertures plus limitées.Lire aussi Travail du dimanche : Bertrand et NKM veulent plus de libertéConcurrence d'InternetCôté distribution, si beaucoup comme Gérard Atlan, le président du Conseil du commerce de France, saluent "un premier pas en avant", la plupart...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jackie le lundi 8 déc 2014 à 17:21

    laissons les gens bosser et qui veulent bien bosser, arrêtons de faire des lois qui ne tiennent pas debout, ha oui il y a les syndicats qui seront obligés d'être là, si on bosse, je n'y avais pas pensé

  • crcri87 le lundi 8 déc 2014 à 16:55

    Et vivent les épiciers maghrébins qui sont ouverts tard et qui travaillent !!

  • squal72 le lundi 8 déc 2014 à 16:33

    En ces temps de crise, il serait grand temps de libéraliser le travail sur ces critères que de remettre en cause le CDI !!!

  • xuoraf le lundi 8 déc 2014 à 16:24

    Si des commerces désirent ouvrir le dimanche et même la nuit, s'ils trouvent des employés prêts à le faire pour un salaire qui leur convient, laissez-faire. C'est la loi de l'offre et de la demande, plus forte que la législation.