Travail dominical : Bricorama ne sera pas fixé avant les fêtes

le
3
Travail dominical : Bricorama ne sera pas fixé avant les fêtes
Travail dominical : Bricorama ne sera pas fixé avant les fêtes

Nouvel épisode judiciaire dans l'épineux dossier du travail dominical dans les enseignes de bricolage : le tribunal de commerce de Bobigny a examiné vendredi après-midi une plainte de Bricorama contre ses concurrents Leroy-Merlin et Castorama. Après cinq heures d'audience, une salle remplie de militants, des débats animés, le président du tribunal a fixé la décision au 25 février, après les fêtes de fin d'année, au grand dam du plaignant. Le rapport Bailly, qui devrait clarifier le cadre juridique du travail du dimanche, sera rendu au gouvernement le 2 décembre (lire ci-dessous).

«Cette affaire a fait le buzz et a suscité un véritable débat», a concédé à l'ouverture des débats le président du tribunal face à un public bruyant. «Je vous rappelle que nous sommes des magistrats élus et que nous avons une véritable indépendance», a-t-il tenu à souligner, alors que ce dossier a déjà donné lieu à des décisions de justice contradictoires en référé, ainsi qu'à un débat politique nourri.

Me Frédéric Naquet, l'avocat de Bricorama, a ouvert les hostilités : «Leroy-Merlin et Castorama bénéficient d'autorisations d'ouvertures administratives, liées à leur grande taille. C'est l'histoire du pot de terre contre le pot de fer et malheureusement nous sommes le pot de terre».

Bricorama estime avoir perdu 25 millions d'euros

En cause, le fait que Leroy-Merlin et Castorama, dont les deux maisons mères ont 70% du marché du bricolage en France, peuvent ouvrir leurs magasins le dimanche en Ile-de-France, contrairement à Bricorama qui se trouve «en situation de danger à cause de cette inégalité de traitement», avec une perte chiffrée à 25 millions d'euros. «Faux», rétorque le défenseur de Castorama, Me Richard Renaudier. «On n'a pas violé les lois, on a obtenu des dérogations (de la part des maires et des préfets, Ndlr), ce que n'a pas eu Bricorama». «M. Bourrelier (le PDG de Bricorama, Ndlr) veut nous faire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dcabon le samedi 23 nov 2013 à 09:49

    Ce gouvernement n'a pas les cran d'affronter les fachistes qui règnent en maitre dans les syndicats qui ne défendent que leurs privilèges. Et après on se demande pourquoi la représentativité syndicale est en baisse ? Moi pas !

  • RIC335DA le samedi 23 nov 2013 à 01:02

    comment un gouvernement fait tout pour que le commerce ne redémarre pas, c'est terrible de vouloir se payer le luxe de fermer boutique le dimanche, quand le nouveau souffle de notre avenir dépend de la consommation de chacun, pour moi, il suffit de trouver des accords avec les salariés qui acceptent de travailler le dimanche, ce n'est pas au tribunal de trancher, encore moins au gouvernement de décider. Pauvre france

  • M4328752 le vendredi 22 nov 2013 à 23:56

    a quand l'ouverture 24h/24 comme aux états-unis ? A mon avis, attendons que la crise démarre.....