Travail des enfants : Samsung réfute de nouvelles accusations

le
0
Travail des enfants : Samsung réfute de nouvelles accusations
Travail des enfants : Samsung réfute de nouvelles accusations

Samsung se défend. Le fabricant sud-coréen, numéro un mondial des téléphones portables, a réfuté ce vendredi les accusations d'une organisation de défense des droits des enfants affirmant que l'un de ses fournisseurs chinois employait des mineurs.

A l'origine de précédentes accusations de même nature visant la production du groupe Samsung en Chine, l'ONG China Labor Watch (CLW), basée aux États-Unis, soutient dans un rapport publié jeudi que l'entreprise HEG Technology emploie des enfants de moins de 16 ans dans son usine de Huizhou. Le plus jeune avait 14 ans, selon l'ONG.

L'entreprise, également sous-traitante du fabricant chinois d'ordinateurs Lenovo, numéro un mondial des PC, a par ailleurs employé 117 étudiants astreints à travailler jusqu'à 12,5 heures par jour en moyenne. Les étudiants ont quitté leur emploi mais affirment n'avoir pas reçu la totalité de leur salaire.

« Nous sommes très attachés à la santé de nos employés »

Samsung plaide de son côté qu'une récente inspection du site n'avait révélé la présence d'aucun employé mineur. « L'inspection a montré qu'aucun enfant ni étudiant ne travaillait sur la ligne de production de Samsung Electronics dans l'usine de HEG ».

Samsung affirme avoir proposé une enquête conjointe avec l'ONG avant la publication de son rapport. « Nous déplorons que CLW ait diffusé des accusations (...) sans faire référence à notre proposition », relève le groupe sud-coréen. « Nous sommes très attachés à la santé et à la sécurité de tous nos employés, et à celles des employés de nos fournisseurs, et nous défendons une tolérance zéro à l'égard du travail des enfants », fait valoir l'industriel.

En 2012, l'ONG avait déjà dénoncé les conditions de travail chez HEG. Samsung avait reconnu des « pratiques inappropriées » concernant la durée du travail. L'entreprise avait annoncé en juillet avoir suspendu ses liens contractuels avec ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant