Travail de nuit : deux syndicats assignent le Printemps Haussmann

le
4
Travail de nuit : deux syndicats assignent le Printemps Haussmann
Travail de nuit : deux syndicats assignent le Printemps Haussmann

Deux syndicats du commerce ont annoncé mardi avoir assigné le Printemps Haussmann pour non respect de la législation sur le travail de nuit lors de ses nocturnes du jeudi. L'hypermarché de Villiers-en-Bière, le plus grand Carrefour de France, attend lui aussi une décision de justice qui sera rendue par le tribunal de grande instance de Melun le 17 janvier.

Les deux syndicats, CFDT et CGT, membres de l'intersyndicale du commerce parisien Clic-P, très offensive sur le respect des horaires d'ouverture, indiquent dans un communiqué avoir assigné le garnd magasin parisien avec le Comité d'entreprise du Printemps Haussmann «afin que les règles sur le travail de nuit soient respectées».

Une audience en référé est prévue le 23 janvier à 10h30 au Tribunal de grande instance (TGI) de Paris, visant à demander au Printemps de «cesser immédiatement d'employer des salariés après 21 heures tous les jeudis», précisent-ils. Sollicitée, la direction du Printemps n'avait pas réagi à ces informations dans l'immédiat.

Différentes enseignes épinglées 

Les syndicats soulignent que le Printemps Haussmann, situé sur les Grands boulevards, ouvre ses portes au public jusqu'à 22 heures tous les jeudis. Or, la loi stipule que le recours au travail de nuit (après 21 heures et jusqu'à 6 heures) est en principe exceptionnel et doit être justifié par la nécessité d'assurer la continuité de l'activité économique ou des services d'utilité sociale.

Pour les deux syndicats, l'ouverture nocturne du Printemps Haussmann est «non seulement contraire aux critères légaux», mais également aux récentes décisions judiciaires «interdisant à plusieurs grandes enseignes d'employer des salariés la nuit (Sephora, Uniqlo, Apple, BHV, Galeries Lafayette, etc.)», suite à des actions du Clic-P.

L'intersyndicale ne compte pas en rester là. «L'année 2014 va être très compliquée pour les entreprises. Toutes celles qui ne respectent pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le mardi 7 jan 2014 à 16:01

    LA DESTRUCTION DE L'ÉCONOMIE FRANÇAIS PAR LE DROIT DU TRAVAIL

  • domin288 le mardi 7 jan 2014 à 15:57

    Tous les syndicalistes que j'ai rencontré n'ont jamais travaillé pour les autres, ils se chargeaient de faire travailler les autres. et si quelqu'un oser contester leurs principes exploiteurs, ils le harceleaient en le dénonçant à tout va. La cruauté de ses individus destructeurs n'a rien ammené de bien dans le monde du travail. Ceci est le constat de mes différentes expériences dans le monde de l'entreprise.

  • Mig737 le mardi 7 jan 2014 à 15:50

    Avant d'assigner les syndicats devraient peut-être demander aux principaux concernés, les employés, ce qu'ils en pensent via un sondage anonyme. Si une majorité est contre ces ouvertures tardives alors OK, sinon, laissez-les travailler car après vous irez encore pleurer quand ils vont virer du monde (forcément si tu ouvres moins longtemps, tu as moins besoin de personnel)!

  • jackie le mardi 7 jan 2014 à 14:53

    Encore des syndicats, mais laissons travaiiler ce qui le veulent, eux je comprends qu'ils ne veulent pas travailler,tu imagines travailler de nuit