Travail de nuit : des salariés de Sephora attaquent les syndicats

le
70
Travail de nuit : des salariés de Sephora attaquent les syndicats
Travail de nuit : des salariés de Sephora attaquent les syndicats

Cent-un salariés du magasin Sephora des Champs-Elysées (VIIIe) ont assigné ce vendredi en référé les syndicats du commerce de Paris, qui ont obtenu en justice lundi la fermeture à 21 heures du parfumeur, propriété du groupe LVMH, au lieu de minuit ou une heure du matin. La juge des référés du tribunal de grande instance (TGI) de Paris a toutefois mis l'accent sur le fait que l'affaire avait été jugée en appel et que le référé n'était pas «une juridiction de recours».

Les avocats respectifs des salariés et de la direction de Sephora ont fait valoir que le personnel travaillant le soir allait subir «une atteinte immédiate au contrat de travail» à cause de l'action de l'intersyndicale du commerce, le Clic-P (CGT, CFDT, FO, Seci-Unsa, SUD et CGC). Dans la salle d'audience, dite «chambre des criées», une soixantaine de salariés étaient venus assister aux plaidoiries, vêtus de leur uniforme, un tee-shirt noir avec la marque inscrite au dos. Une trentaine de représentants syndicaux étaient également présents.

Les avocats ont également contesté la légitimité des syndicats du commerce, leur reprochant de n'avoir aucun représentant parmi les salariés du magasin des Champs-Elysées. Ils demandent au tribunal «condamnation des organisations syndicales à 100 000 ? d'astreinte par jour et par organisation pour tout acte direct et indirect susceptible d'entraîner la modification de leur contrat de travail».

Une demande «farfelue» pour les syndicats

De leur côté, les avocats des syndicats ont jugé cette demande «farfelue» et estimé que Sephora «utilisait des salariés pour faire une opération de communication». La juge des référés s'est elle interrogée sur la «demande précise» des plaignants. «On ne comprend pas la décision de la cour d'appel, nous demandons juste de pouvoir continuer à travailler», a répondu lors de l'audience Olivier Martin, porte-parole de la CFTC, premier syndicat chez ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bilit13 le dimanche 29 sept 2013 à 06:55

    Conservateurs: type de comportement thraissant une inaptitude à s'adapter à l'évolution du milieu qui l'entoure....mais alors, selon les lois de l'évolution...c'est gens vont disparaitre car inapte à s'adapter.Bon les gars, faut pas s'en faire, la nature va s'en charger...faut juste attendre 400ans...

  • SuRaCtA le samedi 28 sept 2013 à 23:30

    En fait 2 mondes s'affrontent, celui des conservateurs ancres sur leurs certitudes intemporelles et celui des réalistes conscients des mutations en marche dans notre societe mondialise.

  • SuRaCtA le samedi 28 sept 2013 à 23:19

    Faire du ças par cas, le syndicats et le simples d'esprit type psi en dont incapable, ils préfèrent l'uniformité et la contrainte comme si tous le monde étaient semblable à eux... Quel tristesse de voir leur pouvoir de nuisance sur notre économie, ils sont arc boute ur un code du train fige et aveugle à un monde qui bouge....

  • M3366730 le samedi 28 sept 2013 à 21:36

    Autre remarque sur PSDI : il donne des leçons à tout le monde sur l'orthographe mais devrait également prendre quelques cours !

  • M3366730 le samedi 28 sept 2013 à 21:34

    PSDI est toujours plein de contradiction, il est pour la représentativité syndicale et les syndicats mais contre la CFTC ; d'autre part comment peut-il juger les salariés de SEPHORA lui qui gagnait + de 5 000 € par mois à pas fou-tre grand chose à EDF quand les autres triment pour toucher à peine le smic !

  • M1343167 le samedi 28 sept 2013 à 20:09

    Ben pour une fois il faut réfléchir psdi... il y a des employés qui souhaitent plus de boulot en horaires décalés, et certains moins, ne penses-tu pas qu'un arrangement interne serait la solution, au lieu de dénigrer et dire puis faire n'importe quoi...

  • psdi le samedi 28 sept 2013 à 18:48

    Pu_tain, c'est la première fois que je vois ça que la CFTC (vous imaginez) 1er syndicat??? : porte-parole de la CFTC, premier syndicat............ chez Sephora.Ils ne sont pas un peu "bizarre" ses salariés.

  • M2766070 le samedi 28 sept 2013 à 17:58

    tiens j espère qu ils vont pouvoir leur demander des dommages intérêts , pour perte d emploi, avec payement des arriérés !!

  • M2766070 le samedi 28 sept 2013 à 17:42

    si les st dicta s étaient corriger, ils seraient com en Suisse: c est eux qui dictent les salaires en fonction de la pénibilité du travail, et de l entourage, en France non!! on laisse n importe qui embaucher n importe quoi, pour faire n importe quoi, et ensuite on emmmer... les ... com les paul itic , dehors >>>>>>

  • M2766070 le samedi 28 sept 2013 à 17:38

    bon les st dicta sont rétrogrades (ça on le savait), mais là ils prouvent leur bétyses et l efficacité de licenciements !!! si les salariés sont volontaires(et dans ce cas seulement) qu ils les laissent bosser, sinon aux st dicta de leur trouver 1 job idem, mais là c est moi qui rêve