Traque policière à Bruxelles liée aux attentats de Paris

le , mis à jour à 17:46
0
OPÉRATION POLICIÈRE À BRUXELLES LIÉE AUX ATTENTATS DE PARIS
OPÉRATION POLICIÈRE À BRUXELLES LIÉE AUX ATTENTATS DE PARIS

par Philip Blenkinsop, Robert-Jan Bartunek et Clement Rossignol

BRUXELLES (Reuters) - Des coups de feu ont éclaté mardi à Bruxelles où des policiers belges et français ont lancé une vaste opération dans le cadre du volet belge de l'enquête sur les attentats du 13 novembre à Paris.

Un ou plusieurs suspects se sont barricadés dans une habitation de Forest, la commune de l'agglomération bruxelloise où l'intervention est en cours, a déclaré le bourgmestre Marc-Jean Ghyssels à une journaliste du quotidien Le Soir.

"Cette opération est liée aux attentats de Paris", a dit le porte-parole du parquet fédéral belge.

Une première fusillade a éclaté en début d'après-midi lors d'une perquisition menée dans une maison de Forest. Deux policiers ont été légèrement blessés dans ces premiers échanges de tirs à l'arme lourde. Un troisième a été touché lors d'une fusillade ultérieure, a précisé une porte-parole de la police locale.

De nouveaux coups de feu ont été entendus deux heures plus tard, rapporte un journaliste de Reuters.

La rue du Dries, où a eu lieu la perquisition et où seraient retranchés le ou les suspects en fuite, se trouve dans un quartier défavorisé de Forest qui abrite une importante communauté maghrébine.

Le secteur, à quelques centaines de mètres d'un accès à l'autoroute Bruxelles-Paris, a été bouclé et des commandos des forces spéciales y ont été déployés. Un hélicoptère survole la zone à basse altitude. Les habitants ont reçu pour consignes de rester chez eux; deux écoles du quartier ont été fermées.

RTBF: SALAH ABDESLAM N'EST PAS LA CIBLE DE L'OPÉRATION

D'Abidjan, où il était en déplacement, le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a précisé qu'il s'agissait d'une opération franco-belge. "C'était dans le cadre d'une perquisition, une équipe composée de policiers belges et de policiers français sont intervenus et ont essuyé des coups de feux, des tirs à l'arme lourde", a-t-il déclaré.

"Je suis extrêmement prudent sur les circonstances et prudent aussi parce qu'il y a une action en cours et je ne ferai pas d'autres commentaires que de confirmer ce qui s'est produit", a ajouté le ministre français.

Les forces de sécurité belges traquent depuis quatre mois plusieurs suspects des attentats du 13 novembre dernier à Paris et aux abords du Stade de France, à Saint-Denis, qui ont fait 130 morts. L'enquête a révélé que ces attaques avaient été préparées en Belgique.

Un des principaux suspects en cavale, Salah Abdeslam, a fait l'objet d'un contrôle routier de routine alors qu'il regagnait la Belgique le 14 novembre au matin. Son nom n'était pas encore apparu. Il se serait ensuite caché pendant trois semaines dans un appartement de Bruxelles avant d'en partir précipitamment début décembre, écrivait en février La Dernière Heure.

D'après la RTBF, citant des sources policières françaises, Abdeslam n'était pas la cible de l'opération lancée mardi.

(avec Ange Aboa à Abidjan et Gérard Bon et Yves Clarisse à Paris; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant