Trapp, l'arroseur arrosé

le
0
Trapp, l'arroseur arrosé
Trapp, l'arroseur arrosé

Depuis quelques semaines, Kevin Trapp s'enfonce de plus en plus dans son fauteuil de numéro deux derrière Alphonse Areola. Un fauteuil dans lequel il avait poussé Salvatore Sirigu l'année dernière.

"Nous sommes très satisfaits d'Alphonse Areola, car il a dominé la surface, notamment dans ses prises de balle. Bâle a fait beaucoup de centres au deuxième poteau et il était important qu'il les prenne. Si, sur un match, il prend un but sur un tir lointain, ce n'est pas une erreur. Je suis très content de lui." Les mots d'Unai Emery mardi soir après la victoire in extremis du PSG en Ligue des champions ont dû rassurer le portier français, auteur d'une légère erreur de placement et d'appréciation de la trajectoire. D'ailleurs, cela aurait pu coûter cher aux Parisiens, si Thomas Meunier n'avait pas sorti une grosse reprise en fin de match pour le but de la victoire. Mais si Areola peut se réjouir de la confiance de son coach, son concurrent Kevin Trapp doit y voir un signe clair. Il n'y a plus de doutes, l'Allemand est bien numéro deux dans la hiérarchie. Un comble.

" Il n'y a pas de règle "


Le 8 juillet 2015, le jour de ses vingt-cinq ans, Kevin Trapp s'engage avec le PSG pour un contrat de cinq ans. Venu de l'Eintracht Francfort où il sort de trois grosses saisons, son rôle est de concurrencer Salvatore Sirigu, bien installé à Paris et à qui on reproche de ne pas être décisif dans les moments très importants. En quarts de finale de Ligue des champions, quoi. Finalement, entre deux boulettes ici et là, le beau gosse allemand devient le titulaire indiscutable et réalise une saison plutôt très correcte sous le maillot du PSG. Tout de même un coup dur pour Salvatore Sirigu, obligé de se contenter des coupes nationales, alors qu'il ne semblait pas spécialement inférieur à Trapp. Du coup, le gardien italien, sentant que le vent ne tournerait plus en sa faveur, surtout avec le retour d'Alphonse Areola, est allé voir ailleurs cet été, du côté du FC Séville.


Avec l'arrivée d'Unai Emery, Kevin Trapp change donc de concurrent en la personne d'Alphonse Aerola. Au début de la saison, l'Allemand est conforté dans son rôle de numéro un, puisqu'il dispute les quatre premiers matchs de Ligue 1. Et puis à la mi-septembre, c'est la rupture. En deux temps. D'abord, Alphonse Areola dispute le match contre…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant