Transports : « les autoroutes font des surprofits et s'engagent à verser une obole »

le
8
Transports : « les autoroutes font des surprofits et s'engagent à verser une obole »
Transports : « les autoroutes font des surprofits et s'engagent à verser une obole »

Fin connaisseur du secteur des transports, Jean-Paul Chanteguet dénonce l'attitude de l'administration et du gouvernement dans la gestion du dossier des autoroutes. Mandatée par le gouvernement pour proposer des pistes de réforme, une commission composée de parlementaires et de hauts fonctionnaires doit rendre aujourd'hui un premier rapport d'étape. Déplorant un jeu de dupes, ce député socialiste, pourtant peu enclin aux déclarations à l'emporte-pièce, a démissionné hier de ce groupe de travail. Jean paul Chanteguet s'explique, en exclusivité, dans nos colonnes.

Pourquoi cette démission ?

Jean-Paul Chanteguet. Le gouvernement nous avait demandé d'évaluer deux hypothèses : la résiliation ou la renégociation des contrats passés entre l'Etat et les sociétés concessionnaires d'autoroutes (SCA). Pour mener cette mission à son terme, il nous aurait fallu au moins quatre mois. Nous n'avons eu que trois semaines... On ne s'est pas donné les moyens de taper du poing sur la table. Et alors que le groupe devait rendre un premier rapport d'étape aujourd'hui, Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie, annonce la fin de l'exercice et des mesures gouvernementales dans les jours qui suivent. Les dés étaient pipés. C'est ce qui m'a poussé à démissionner.

Avez-vous le sentiment d'avoir été instrumentalisé ?

Oui, l'administration n'a eu de cesse de nous convaincre que l'hypothèse de la résiliation était irréaliste, voire irresponsable. Et que, contrairement à ce qu'ont affirmé la Cour des comptes et l'Autorité de la concurrence, il n'y a pas de rente autoroutière. L'objectif était visiblement de nous faire cautionner les propositions des sociétés d'autoroutes.

De qui était-ce le but ?

Du pouvoir exécutif. Je démissionne donc du groupe de travail car je ne saurais cautionner une démarche qui n'aurait pas pour ligne directrice la défense de l'intérêt général, c'est-à-dire celle de l'Etat et des usagers.

Le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • neutro le mardi 10 mar 2015 à 20:53

    Ce Monsieur, spécialiste des transports, aurait mieux fait de s'occuper de la SNCM et actuellement de la SNCF...

  • brenot le mardi 10 mar 2015 à 18:22

    Les entreprises publiques de transport sont archi subventionnées, ça le gêne ce Monsieur? Une fois de plus l'Etat se mêle de ce qui ne le regarde pas.

  • mbaron12 le mardi 10 mar 2015 à 18:00

    Total respect à Monsieur CHANTEGUET !

  • lorant21 le mardi 10 mar 2015 à 17:43

    obole pour une SNCF qui fait des super pertes malgré 15 milliards de subventions par an...

  • ceriz le mardi 10 mar 2015 à 17:19

    des politiques touchent du blé : disons le clairement : du noir! pour ne rien changer ......... et ça nous gouverne ces mange m.........

  • pier1309 le mardi 10 mar 2015 à 17:11

    Monsieur Chanteguet fait partie des vrais socialistes presque apolitiques loin des barons actuels et vautours tous bords confondus. Sa démission est un camouflet car il n'est pas allé dans la direction espérée ... encore une fois les socialistes ont reculé devant les lobbies ... alors qu'ils ont le pouvoir de décision ... encore une réforme avortée ... alors Monsieur le Premier ministre prenez vos responsabilités .... vous avez peur du FN ? Vous avez tout fait pour qu'il devienne populaire ...

  • cvallier le mardi 10 mar 2015 à 17:11

    L'Etat était obligé de vendre un des seuls trucs d'état rentable ? Au lieu de nommer des copains comme ministres, est-ce qu'il ne serait pas envisageable de nommer des personnes connaissant les problèmes ? C'est juste une suggestion (perverse) !

  • M5144843 le mardi 10 mar 2015 à 17:08

    Qui touche en dessous de table au gouvernement?