Transports et hôtellerie: Uber et Airbnb disent avoir rénové de vieilles idées

le
0
Transports et hôtellerie: Uber et Airbnb disent avoir rénové de vieilles idées
Transports et hôtellerie: Uber et Airbnb disent avoir rénové de vieilles idées

Les startups de "l'économie du partage", censées révolutionner le secteur des transports ou de l'hôtellerie, reposent sur des concepts anciens auxquels a été donnée une nouvelle vie, ont estimé mardi deux de leurs représentants très en vue, Uber et Airbnb."Nous n'avons rien inventé de nouveau", a estimé Joe Gebbia, co-fondateur de la plateforme de réservation d'hébergement chez les particuliers Airbnb, lors de la conférence TED à Vancouver. "L'hospitalité existe depuis toujours."Dans une intervention séparée à la même conférence, le patron-fondateur d'Uber, Travis Kalanick, a pour sa part dressé un parallèle entre son service de réservation mobile de voiture avec chauffeur et le "Jitney", un système de covoiturage lancé en 1914 en Californie qui avait connu un essor rapide avant de mourir étouffé sous le poids des réglementations.Le nom "Jitney" vient du mot d'argot désignant la pièce américaine de 5 cents, soit le prix proposé par l'inventeur du système pour emmener où ils le voulaient les gens qui faisaient la queue pour un trolley à Los Angeles. En l'espace d'un an, l'idée s'était répandue à d'autres villes américaine, au grand dam des puissants opérateurs de trolley, a raconté Travis Kalanick, dressant un parallèle avec les plaintes actuelles des compagnies de taxis contre Uber.Selon lui, à force de lobbying, les opérateurs de trolley avaient obtenu que le "Jitney" soit soumis à toute une série de règles, comme l'obligation d'avoir deux conducteurs par voiture, de longs horaires imposés, ou même un éclairage des sièges arrières pour décourager la tendance "pernicieuse" des couples à s'y serrer de trop près."Il s'avère qu'il y avait un Uber bien avant Uber", a résume Travis Kalanick. "S'il avait survécu, l'avenir des transports serait probablement déjà là".Il a estimé par ailleurs que les voitures autonomes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant