Transport régional : le TER fâché avec la ponctualité

le
0
Transport régional : le TER fâché avec la ponctualité
Transport régional : le TER fâché avec la ponctualité

POUR ARRIVER À L'HEURE au travail, en 2013, il valait mieux prendre un train express régional (TER) en Alsace plutôt qu'en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Selon un classement par région que nous avons établi à partir des données publiées par l'Autorité de la qualité de service dans les transports (AQST), seuls 3 % des TER sont arrivés en retard le long du Rhin, contre près de 17 % sur les côtes de la Méditerranée. Pas vraiment une surprise dans cette région densément peuplée aux infrastructures ferroviaires vieillissantes. En dix ans, la fréquentation a augmenté de 40 % dans le TER. Aujourd'hui, environ 800 000 voyageurs l'empruntent quotidiennement. Résultat, sur le podium des régions où les trains sont les plus en retard en 2013, on retrouve Rhône-Alpes avec le noeud ferroviaire de Lyon mais aussi l'Aquitaine avec Bordeaux. « Depuis quatre à cinq ans, on a vu le service des TER se dégrader petit à petit, assure Christian Broucaret, spécialiste du TER pour la Fnaut (Fédération nationale des associations d'usagers des transports). On paye des années de sous-investissement de la SNCF et des pouvoirs publics. Un fossé commence à se creuser entre les régions. »

Régions en rébellion

Cette situation a provoqué la colère des présidents de région qui, depuis 2002, se sont vu confier l'organisation des transports régionaux. « Il y a une tension croissante avec la SNCF, reconnaît Christian Broucaret. Les factures envoyées par la compagnie ferroviaire augmentent régulièrement mais le service se dégrade. Les régions veulent savoir pourquoi elles payent. Depuis dix ans, elles ont tout de même déboursé 30 Mds?. » Conséquence, Midi-Pyrénées et le Nord-Pas-de-Calais ont décidé, il y a quelques semaines, de suspendre leurs paiements à la SNCF. « Il fallait marquer le coup, insiste Martin Malvy, président PS de Midi-Pyrénées. Nous avons déboursé des millions d'euros pour rénover notre réseau, notamment ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant