Transport individuel: Uber en référé à Paris pour "concurrence déloyale"

le
0
Transport individuel: Uber en référé à Paris pour "concurrence déloyale"
Transport individuel: Uber en référé à Paris pour "concurrence déloyale"

Sur la défensive dans de nombreux pays, le géant américain du véhicule de tourisme avec chauffeur Uber joue gros vendredi au tribunal de commerce de Paris, qui doit décider si son populaire service UberPOP constitue une "concurrence déloyale" aux autres VTC et aux taxis.UberPOP met en relation des passagers et des automobilistes qui ne sont pas chauffeurs professionnels. Uber, plateforme électronique disponible sur smartphone qui sert d'intermédiaire entre clients et chauffeurs de VTC, a rajouté en février ce service à son offre commerciale à Paris.Après plainte de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), Uber a été condamné le 16 octobre par le tribunal correctionnel de Paris à 100.000 euros d'amende pour avoir présenté UberPOP comme du covoiturage. La société américaine a fait appel et continué à proposer UberPOP, pour lequel elle revendique 160.000 utilisateurs en France.Deux sociétés du groupe Transdev, ainsi que la société de VTC LeCab, s'estimant victimes d'une "concurrence déloyale", ont alors saisi le tribunal de commerce en référé. Les sociétés demandent d'interdire UberPOP et d'imposer à Uber une astreinte quotidienne de 250.000 euros en cas de non-exécution.Fait rare entre des acteurs du transport individuel souvent opposés ces derniers mois, des associations de taxis se sont rangées du côté des requérants en reprochant notamment à Uber de pratiquer du "taxi clandestin" avec son système de facturation basé à la fois sur le temps et le kilométrage, une prérogative de la profession.L'activité des VTC et des taxis est encadrée depuis début octobre par la "Loi Thévenoud", sur laquelle le défenseur d'Uber, Hugues Calvet, a concentré ses attaques lors des audiences du 21 et 28 novembre au tribunal de commerce.- Revers en Espagne et aux Pays-Bas -Me Calvet a affirmé que cette loi, "adoptée à la hâte ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant