Transparence : des ministres peu loquaces

le
0
Dans leurs «déclarations d'intérêts», ils ont été très discrets sur les placements financiers.

Les réponses sont courtes, voire minimalistes. Les membres du nouveau gouvernement de Jean-Marc Ayrault ont rempli leurs «déclarations d'intérêts», comme l'avaient fait, pour la première fois en France, les membres du gouvernement Fillon en avril dernier. Cette nouvelle pratique est une conséquence indirecte de l'affaire Bettencourt: suite à la mise en cause de son ministre de l'Économie Éric Woerth, Nicolas Sarkozy avait demandé au vice-président du Conseil d'État Jean-Marc Sauvé de réfléchir à la prévention des conflits d'intérêts dans la vie publique. À défaut de loi, Jean-Marc Ayrault a fait signer à ses ministres une «charte de déontologie», prévoyant des fiches simplement déclaratives en six parties.

Au paragraphe «Instruments financiers détenus par le membre du gouvernement», l'immense majorité des ministres, dont le premier ministre, ont répondu «néant». Alain Vidalies, ministre des Relations avec le Parlement, confesse toutefois un PEA et un

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant