Transparence de la vie politique : les nouvelles pistes soumises à Hollande

le
1
Transparence de la vie politique : les nouvelles pistes soumises à Hollande
Transparence de la vie politique : les nouvelles pistes soumises à Hollande

Un nouveau tour de vis sur le contrôle des élus ? Ce mercredi matin, Jean-Louis Nadal, président de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), remet son rapport à Francois Hollande à l'Elysée. L'occasion pour le haut magistrat de dresser un état des lieux de l'application des lois sur la transparence des élus mais, surtout, de formuler de nouvelles propositions sur fond d'affaires impliquant des personnalités politiques.

Suite au traumatisme de l'affaire Jérôme Cahuzac, Francois Hollande avait décidé de renforcer le contrôle des élus en mettant en place cette Haute autorité indépendante en 2013. A elle, notamment, d'éplucher (si besoin avec les services du fisc) les déclarations de situation patrimoniale et déclarations d'intérêts que ministres, parlementaires, collaborateurs et autres responsables d'organismes publics ont désormais l'obligation de lui remettre. Autre disposition prévue par la loi, la mise à disposition des électeurs des déclarations de situation patrimoniale des parlementaires et membres du gouvernement, avec toutefois l'interdiction de les rendre publiques sous peine d'amende.

Au total, 20 000 déclarations ont été rendues à la HATVP en 2014. Reconnaissant dans un récent entretien au site internet de Paris Match que «la majorité des responsables publics sont honnêtes» et qu'«à l'évidence, les lois sur la transparence de la vie publique ont constitué un saut qualitatif dans la lutte contre les atteintes à la probité publique», Jean-Louis Nadal affirmait néanmoins que «la transparence ne fait pas partie de la culture publique française.»

Les leçons de l'affaire Thévenoud

La Haute autorité remet donc au président de la République des recommandations pour une nouvelle étape. Selon nos informations, ces propositions seraient au nombre de 20. Parmi elles, la délivrance par l'administration d'un «certificat de régularité fiscale ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le mercredi 7 jan 2015 à 09:11

    entendu ce matin sur france info : près de 150 parlementaires auraient utilisés leur enveloppe pour acheter leur permanence, si bien qu'ils en seraient toujours proprio même en étant plus élus, très fort de devenir propriétaire immobilier , sans débourser aucun kopeck?