Transparence de la vie politique : des doutes jusque dans la majorité

le
2
Les textes, promis par François Hollande au moment de l'affaire Cahuzac, seront soumis au vote la semaine prochaine.

Ce sont les facéties du hasard. Jérôme Cahuzac a une nouvelle fois été entendu et mis en examen mercredi par les juges financiers pour avoir omis de mentionner son compte bancaire non déclaré à l'étranger lors de son entrée au gouvernement. Au même moment, les députés mettaient un point final aux débats sur les projets de loi destinés à imposer plus de transparence dans la vie publique, qui feront l'objet de votes solennels le 17 septembre.

Au terme d'un combat parlementaire semé d'embûches entre députés et sénateurs, l'Assemblée a imposé ses vues en matière de transparence. Comme le réclamaient Claude Bartolone, le président PS de l'Assemblée nationale, et Jean-Jacques Urvoas, le président PS de la commission des lois et rapporteur de ces deux textes, les déclarations de patrimoine des parlementaires seront consultables en préfecture par ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1531771 le mercredi 11 sept 2013 à 21:30

    C'est incontestable, quand déjà le président lui même aura "clarifié" sa situation personnelle au regard du fisc notamment, pour mémoire sont redevables de l'ISF les couples mariés, les pacsés, mais aussi les concubins notoires dont la masse de biens atteint le seuil "d'entrée" dans cet impôts, là oui, nous pourrons croire en une transparence de la vie Politique.... Pas avant (et je fais abstraction des déclarations farfelues du patrimoine de nos ministres !).

  • dhote le mercredi 11 sept 2013 à 20:56

    C'est l'autorité et la crédibilité de Hollande qui sont en cause, sa majorité impose sa loi et rabaisse le Président qui n'avait pourtant pas besoin de ça...