Transition énergétique : le Parlement adopte définitivement la loi

le , mis à jour à 21:54
0
Transition énergétique : le Parlement adopte définitivement la loi
Transition énergétique : le Parlement adopte définitivement la loi

François Hollande compte bien s'en targuer auprès des autres chefs de gouvernements qui, dans moins de six mois, se réuniront à Paris pour la Cop21, la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques. Ce mercredi, le Parlement français a définitivement adopté la loi sur la transition énergétique par un dernier vote de l'Assemblée. Le texte, porté par la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal et cher aux écologistes, traduit notamment la promesse du président de réduire de 75% à 50% la part du nucléaire dans la production électrique à l'horizon 2025.

Cette loi lance en effet le compte à rebours vers une baisse de la dépendance de la France au nucléaire pour produire son électricité. «Le nucléaire flamboyant c'est fini», s'est ainsi réjouit le député EELV Denis Baupin. Mais de prévenir : «Maintenant il reste à organiser une transition en bon ordre, car il y a des questions de sûreté qui sont posées.» La méthode et les conséquences pour EDF et Areva sont encore floues.

100 000 emplois «verts»

La loi prévoit en effet que la capacité du parc nucléaire français soit désormais plafonnée à 63,2 gigawatts, soit la puissance actuelle des 58 réacteurs (19 centrales) qu'il comprend. Ce plafond signifie qu'EDF ne pourra pas mettre en service de nouveaux réacteurs sans en arrêter d'autres, et ouvre donc la voie à la fermeture de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) lorsque l'EPR de Flamanville (Manche) entrera en service. Le PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, a laissé entendre la semaine dernière devant les députés que ce serait «plutôt dans la deuxième partie» de 2017.

C'est une des raisons pour lesquelles les débats ont été vifs entre les parlementaires. Par deux fois, le Sénat - à majorité à droite - a tenté de supprimer le calendrier voulu par le gouvernement sur la réduction de la part du nucléaire.

Si certains emplois sont menacés, d'autres devraient en revanche être créés. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant