Transition énergétique en France: le pire peut arriver

le
0
Transition énergétique en France: le pire peut arriver
Transition énergétique en France: le pire peut arriver

Alors que la première réunion des membres de la Commission sur le débat national de la transition énergétique se tient enfin, aujourd'hui les membres du Comité de pilotage* de cette Commission viennent d'affirmer, lors d'une conférence de presse , qu'il n'y aurait aucun sujet tabou pendant les débats. Et Delphine Batho, ministre de l'Ecologie, a même précisé que " si au terme des débats il est démontré que la feuille de route (énergétique) du gouvernement, actuellement en place, est impossible à appliquer, elle pourra changer. Y compris sur des décisions récentes."

Cela veut dire que tout redevient possible. Le maintien du nucléaire comme principale source d'énergie, voire son développement. L'acceptation de l'exploration et de l'exploitation des gaz de schiste, y compris par fracturation hydraulique si une nouvelle technique moins polluante tarde à arriver ; la remise en question de la politique de soutien aux entreprises et aux particuliers concernant les énergies renouvelables, ou les économies d'énergie... ; la baisse des objectifs de réduction des émissions de CO2, alors que, comme le rappelle Jean Jouzel, climatologue, le lien direct entre énergie fossiles et réchauffement climatique est évident.

Les membres du Comité de pilotage se veulent rassurants en précisant que des Comités d'experts, et des Comités de citoyens veilleront au grain, que le débat sera ouvert à toutes les parties prenantes, Associations, ONG,

(...) Lire la suite de l'article
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant