Transition écologique : EELV lance un ultimatum au gouvernement

le
0
Transition écologique : EELV lance un ultimatum au gouvernement
Transition écologique : EELV lance un ultimatum au gouvernement

Alors que le gouvernement envisage d'abandonner la taxation sur le diesel, les écologistes lancent un ultimatum à l'exécutif. Lors du conseil fédéral du parti samedi, Pascal Durand, le secrétaire national d'EELV, a donné à François Hollande «6 jours», jusqu'à la conférence environnementale qui aura lieu en fin de semaine prochaine à Paris, pour s'engager concrètement dans la transition énergétique.

«Le report de la grande loi sur la transition écologique est inacceptable», a-t-il dit à la tribune. «On nous ment. Il n'y aura pas de transition énergétique dans ce pays si la loi n'est soumise au Parlement avant fin 2014» a ajouté le responsable politique qui prévient que son parti attend que le gouvernement presse le pas sur le dossier de la transition énergétique. Un sujet qui sera au coeur de la seconde Conférence environnementale qui se déroulera vendredi et samedi prochain au Conseil économique, social et environnemental.

Les Verts menacent de quitter le gouvernement

«Le président de la République a six jours pour nous dire ce que va vraiment être la transition énergétique», pour que le gouvernement définisse sa capacité «à intégrer les questions écologistes dans son logiciel», a-t-il lancé. «Je demande au président de la République et au Premier ministre de s'engager sur 2015, 2016, 2017», a-t-il poursuivi. Si tel n'était pas le cas, «j'en tirerai les conséquences et je demanderai au mouvement d'en tirer les conséquences», a-t-il ajouté, assurant qu'il ne serait pas «le secrétaire national du renoncement écologique», a-t-il dit.

Noël Mamère ne croit «pas une seconde à l'aggiornamento culturel de la gauche sur la transition écologique». Le député-maire de Bègles, va même plus loin dans l'ultimatum en jugeant que «si les seules propositions consistent en un bricolage, il faut quitter cette majorité, ce gouvernement».

Vendredi déjà, Barbara Pompili et François de Rugy, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant