Transformer ses RTT en épargne retraite

le
0
Depuis 2008, il est possible de monétiser ses jours de congés. Le projet de loi sur les retraites prévoit d'étendre la formule.

Comment utiliser les jours de congés et de RTT que l'on ne parvient pas à prendre? Ceux qui le peuvent les placent sur un compte épargne-temps (CET). Grâce à cette enveloppe surtout proposée par les grandes entreprises, ils diffèrent leurs vacances de quelques années. D'autres, en revanche, les transforment en épargne retraite. Depuis 2008, les salariés peuvent en effet «monétiser» leurs RTT, autrement dit les transformer en argent qui sera investi sur un Perco (plan d'épargne retraite collectif). A condition, toutefois, que ces jours de congés aient été placés au préalable sur un compte épargne-temps (CET).

Pour l'heure, chaque salarié peut investir au maximum dix jours de vacances ou de RTT non pris par an.

«La formule a du succès car, dans certaines entreprises, les salariés cumulent de nombreux jours de RTT et de congés qu'ils ne peuvent ou ne veulent pas prendre», constate Jérôme Dedeyan, président du cabinet Debory. De leur côté, les entreprises sont, elles aussi, gagnantes. «Les sommes versées sur le Perco sont très largement exonérées de charges patronales», poursuit-il.

Mais le projet de loi de réforme sur les retraites qui devrait être voté par le Parlement dans les jours qui viennent prévoit d'aller plus loin. Ainsi, à l'avenir, les salariés ayant un Perco devraient avoir la possibilité de transformer vingt jours de vacances par an en épargne retraite !

De leur côté, ceux qui travaillent dans des entreprises qui ne sont pas dotées de compte épargne-temps pourront placer cinq jours de RTT ou de vacances par an sur leur Perco. De cette façon, les salariés des petites entreprises (PME et TPE) pourront donc, eux aussi, épargner pour leur retraite sans produire trop d'efforts financiers.

D'autant que depuis que les dirigeants de sociétés ont également droit au Perco, l'épargne retraite se développe vite dans les TPE et PME. «Trente mille Perco sont ouverts tous les ans dans les PME et TPE. Cela se fait au détriment des contrats Madelin», précise Jérôme Dedeyan.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant