TransCanada contraint de modifier le tracé de son oléoduc Keystone

le
0
(Commodesk) TransCanada modifiera le tracé de son oléoduc Keystone, au Nebraska (centre des Etats-Unis), afin d'éviter la région des Sand Hills, a expliqué cette semaine la compagnie pétrolière et gazière. Cette annonce intervient juste après que cet Etat a voté une loi en ce sens. La semaine dernière, le département d'Etat américain a également estimé que la conduite devait emprunter une autre route. "Les négociations que nous avons menées avec les décideurs du Nebraska ont abouti à une législation qui prend en compte les inquiétudes des habitants, tout en permettant la construction de l'oléoduc", indique Alex Pourbaix, président de la branche Energie et Oléoducs de la société canadienne. Le département du Nebraska de la Qualité environnementale étudiera lui-même le meilleur chemin à prendre. La région des Sand Hills (ouest du Nebraska) constitue le plus vaste parc naturel des Etats-Unis (plus de 50.000km2). Elle est composée de dunes de sables et de vastes prairies, très peu prisées des agriculteurs. La présence d'infrastructures pétrolières représentait un risque pour la faune et la flore locales. Le tracé initial prévoyait 450 kilomètres d'oléoducs, ainsi que cinq ou six stations de pompages au Nebraska. Une fois opérationnel, Keystone rapportera 150 millions de dollars de taxes à l'Etat, d'après TransCanada. Le projet, d'une valeur de 13 milliards de dollars, est prévu pour acheminer fin 2012 ou début 2013 la production issue des sables bitumineux de l'Alberta, dans l'ouest du Canada, aux Etats de l'Illinois et de l'Oklahoma, dans le sud des Etats-Unis. Longueur estimée : 2.700 kilomètres.
Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant