Transavia : la direction d'Air France annule une réunion avec les syndicats

le
0
Transavia : la direction d'Air France annule une réunion avec les syndicats
Transavia : la direction d'Air France annule une réunion avec les syndicats

Une réunion d'information entre la direction et les syndicats d'Air France a été annulée peu après son ouverture, par la direction, ont annoncé les syndicats ce mardi. En cause, la présence de syndicats non représentatifs, «dont Sud, [qui] tenaient absolument à participer», a indiqué Ronald Noirot de la CFE-CGC. Ce dernier a indiqué que des «réunion bilatérales» se tiendront en lieu et place de celle avortée.

La question du développement de la filiale low cost Transavia devait notamment être discutée dans cette réunion qui conviait de nombreux syndicats de l'entreprise, pas seulement ceux de pilotes.

C'est la volonté de la direction de développer cette filiale qui avait été à l'origine d'une grève sans précédent des pilotes d'Air France, qui avait cloué les avions au sol et lourdement perturbé le trafic pendant deux semaines en septembre.

A l'issue de ces quatorze jours de grève, la compagnie avait annoncé une perte 300 à 400 millions d'euros, sans qu'aucun accord n'ait été trouvé.

Air France n'a pas abandonné l'idée de développer une offre low-cost

Or, la direction d'Air France-KLM n'a pas abandonné l'idée de développer une offre low-cost, levier de croissance et seul moyen de concurrencer les autres compagnies de ce secteur en plein expansion comme Ryanair ou EasyJet.

Si le projet Transavia Europe a été suspendu pour mettre fin au conflit, la compagnie mise en effet sur Transavia France, dont le développement est pour l'instant verrouillé par un accord passé en 2007 avec les pilotes. Selon ce document, la filiale low cost ne peut avoir plus de 14 appareils.

L'entreprise n'a pas fourni d'ordre du jour précis pour la réunion de ce mardi, mais selon nos informations, la direction aurait dans ses cartons un projet de «low cost bis». Elle pourrait créer «une compagnie Transavia bis, non soumise aux accords» passés avec les pilotes estime Béatrice Lestic, secrétaire générale de la CFDT. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant