Tranquille comme Marquinhos

le
0
Tranquille comme Marquinhos
Tranquille comme Marquinhos

Marquinhos affiche 21 ans, des belles dents, une peau abîmée et un talent plus gros que les 35 millions dépensés par le PSG pour l'arracher à la Roma en 2013. Sauf que Marquinhos est numéro 3 dans la hiérarchie du PSG, alors que tout le monde s'accorde à dire qu'il est le plus fort et talentueux. Mais voilà, le numéro 5 de la capitale ne dit rien, profite de son temps de jeu et démontre, jour après jour, qu'il est bien le crack que tout le monde pensait.

Dimanche 30 août, il est bientôt minuit au Louis-II. Le PSG vient de mettre une rouste Monaco (3-0) et de braquer douze points sur douze au cœur de l'été. Face à la presse, Laurent Blanc est satisfait et détendu. Après les habituelles questions sur le match, une interrogation arrive : pourquoi avoir fait entrer Marquinhos au milieu de terrain à la 81e alors que le score était acquis ? "Je voulais le récompenser, car c'est un garçon qui n'a pas beaucoup joué depuis le début de saison et il ne se plaint jamais, détaille Blanc. Pour un entraîneur, avoir un garçon de ce talent et de cette mentalité, c'est un bonheur. " Dimanche dernier, au sortir de la démonstration parisienne face à Saint-Étienne, Blanc a encore une fois encensé son jeune défenseur, titulaire cette fois : " Il a été excellent, excellent. " Assez rare pour être souligné, entre l'ancien défenseur de France 98 et le Brésilien, il y a de l'amour.

Mais voilà, les mauvaises langues diront que le jeune défenseur de la Roma n'est qu'un simple remplaçant à David Luiz ou Thiago Silva dans l'esprit du Président. Au cœur de l'été, le coach francilien s'était expliqué sur sa manière de fonctionner avant la réception d'Ajaccio : "La saison dernière, Marquinhos a joué 42 matchs. Et il en a joué d'importants. Il a vingt et un ans, il a des qualités énormes. Avoir trois défenseurs centraux, croyez-moi, ce n'est pas de trop. Ne cherchons pas un problème avec lui ! Au cours de la saison, il risque d'y avoir des joueurs indisponibles, malheureusement, et il jouera." À titre de comparaison, David Luiz a joué 45 matchs l'an dernier et Thiago Silva 42. Autant dire que le delta est minime, même si, a priori, dans les grosses affiches les deux aînés partent avec un temps d'avance. Et ça, Marquinhos en a bien conscience et n'en fait pas un drame, au contraire, il s'en sert comme d'un levier, comme il l'expliquait dans les colonnes de L'Équipe au mois d'août : " Tous les joueurs veulent être titulaires, avoir leur place. Ça, c'est la vie. La première chose, c'est qu'on doit avoir beaucoup de respect pour l'entraîneur et les coéquipiers, mais je dois aussi avoir cette envie, dans ma tête C'est pour ça que je travaille tous les jours à l'entraînement. " Mettre son coach dans la merde avec des choix. Marquinhos le fait depuis son arrivée dans la capitale en emmagasinant de l'expérience. L'avantage d'être en balance avec David Luiz et Thiago Silva,…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant