Tranquille comme le Barça

le
0
Tranquille comme le Barça
Tranquille comme le Barça

Jamais inquiétés, ou presque, les Blaugranas ont confirmé leur large supériorité face au FC Séville. Le succès, encore plus large qu'à l'aller (3-0), permet ainsi au Barça de se proclamer super-champion d'Espagne, et à Arda Turan de se signaler.

FC Barcelone 3-0 Séville FC

Buts : Arda (10e, 46e) et Messi (55e) pour le Barça

En larmes un soir de défaite chilienne, Lionel Messi entame ce nouvel exercice avec le sourire d'un enfant médaillé. Avec le brassard de capitaine, aussi. En l'absence d'Andres Iniesta, l'Argentin connait enfin sa première récupération de trophée sous la liquette blaugrana. Car comme la cascade de forfaits et le résultat de la manche aller le supposaient, le FC Barcelone n'a pas peiné à remporter sa première breloque dorée de la saison. Une douzième Supercoupe d'Espagne qui porte le sceau de la Pulga, évidemment buteur et passeur, mais également celui d'Arda Turan. Porté disparu depuis son arrivée sur les bords de la Méditerranée, le Turc retrouve de sa splendeur passée et ravit enfin le Camp Nou. Une renaissance qu'explique en grande partie son repositionnement. Utilisé à un poste de relayeur la saison passée, il profite de l'absence olympique de Neymar pour se revendiquer en tant qu'ailier. Dans les faits, le Stambouliote convertit un caviar de l'Argentin (10e) puis gratifie les aficionados du nouveau super-champion d'Espagne d'un lob tout en touché (46e). Somptueux.

Les adieux réussis de Claudio Bravo


À défaut "d'inventer des joueurs" comme il s'en amusait en avant-match, Jorge Sampaoli dégaine un schéma inédit pour son onze sevillista. D'abord entreprenant, le collectif sévillan aux pas moins de sept changements par rapport à la manche du Sanchez-Pizjuan grippe la mécanique azulgrana. Durant cinq tours de cadran, tout du moins, le néo-Palangana Ben Yedder chauffe les gants de Claudio Bravo avant de titiller sa barre. Deux opportunités qui restent orphelines jusqu'au penalty concédé par un Samuel Umtiti à la mimine baladeuse. Sans jus et sans idée, le capitaine Iborra confirme la soirée sans des siens et offre à Claudio Bravo une jolie parade d'adieux. En instance de départ vers Manchester City, le Chilien se détend de tout son long et permet au champion de Liga de conserver son avance. En soi, un juste retour des choses, tant pour le portier si régulier durant ses deux exercices blaugranas, que pour un…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant