Traité européen : la foule des grands jours à l'Assemblée

le
0
La droite ironise sur les divisions dans la majorité qui, selon le patron des députés UMP, Christian Jacob, serait «en train d'exploser» sur la ratification du texte négocié par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy.

C'était la foule des grands jours, mardi, à l'Assemblée nationale. Avant l'ouverture du débat sur le traité européen, les adversaires du traité, au sein du PS, ont tenu la vedette. À la sortie de la réunion du groupe socialiste, dans la matinée, devant le 101 de la rue de l'Université, Mathieu Hanotin, nouveau député de Seine-Saint-Denis, proche de Benoît Hamon, a affirmé: «Je n'ai pas du tout un 'non' honteux. C'est un 'non' tranquille, dépassionné, contre ce traité qui va sanctuariser l'Europe des riches et l'Europe des pauvres».

Son collègue de l'Essonne, Jérôme Guedj, autre adversaire résolu du traité, a fait des efforts pour répondre, dans un anglais assez correct, à un journaliste étranger: «Moi, je suis un fédéraliste. Cette question n'est pas tranchée à l'intérieur de la gauche».

Pour prendre la température et mettre un peu plus la pression sur ses troupes, le groupe PS a organisé un vote informel à main levée, qui a eu lieu dan

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant