Traité d'alliance entre la Russie et l'Ossétie du Sud

le
0

(Actualisé avec réaction du secrétaire général de l'Otan) MOSCOU, 18 mars (Reuters) - La Russie a signé mercredi un traité avec la région sécessionniste géorgienne d'Ossétie du Sud, dans lequel Tbilissi dit voir un "pas vers l'annexion". En vertu du traité "d'alliance et d'intégration", signé par le président russe Vladimir Poutine et par le dirigeant de l'Ossétie du Sud Léonid Tibilov, les forces de sécurité, les troupes et les services des douanes russes fusionneront avec les unités locales. La Russie, qui protégera en outre les frontières de cette région peuplée de 50.000 habitants, a reconnu les proclamations d'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie, autre région sécessionniste de Géorgie, en 2008, à l'issue d'un bref conflit avec Tbilissi. "Une autre étape est atteinte aujourd'hui pour renforcer notre partenariat", a déclaré le président russe après avoir signé un traité "historique" au Kremlin, avec en toile de fond les drapeaux de Russie et d'Ossétie du Sud. Léonid Tibilov a salué le traité, qui sera en vigueur pendant 25 ans et facilitera l'obtention de la citoyenneté russe aux habitants d'Ossétie du Sud. En revanche, la ministre géorgienne des Affaires étrangères Tamar Beroutchachvili a déclaré à la presse à Tbilissi qu'"Il s'agit d'une mesure cynique et provocatrice de la part de la Russie(...). Nous estimons qu'elle vise à l'annexion (de l'Ossétie)". Les Etats-Unis et l'Union européenne ont fait savoir qu'ils ne reconnaîtraient pas le traité, qui, pour Bruxelles, est une "mesure allant à l'encontre des efforts pour renforcer la sécurité et la stabilité de la région". Pour Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Otan, l'accord "viole la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Géorgie" et porte atteinte "aux principes du droit international, à ceux de l'OSCE et aux engagements internationaux de la Russie". "Avec ce soi-disant traité, la Russie nuit une fois de plus aux efforts de la communauté internationale visant à renforcer la stabilité et la sécurité de la région", ajoute-t-il dans un communiqué. (Vladimir Soldatkin; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant