Traité : Ayrault tente de séduire les borlooïstes

le
0
Certains élus centristes sont plutôt favorables au traité européen.

Sur le papier, la mission paraît délicate. C'est pourtant celle que s'est fixée le gouvernement Ayrault: trouver 32 députés et sénateurs pour décrocher la majorité des trois cinquièmes au Parlement, seuil obligatoire pour pouvoir intégrer dans la Constitution le droit de vote des étrangers aux élections locales. C'est plus qu'il n'en fallait à Nicolas Sarkozy en 2008 pour faire adopter la réforme constitutionnelle. «Pour arriver aux trois cinquièmes, il faudra aller voir les centristes, certains députés de l'UMP», a expliqué Jean-Marc Ayrault, mercredi sur RTL. Mais le «travail de conviction» annoncé par le premier ministre a de bonnes chances d'échouer.

Parmi les quelque 400 sièges détenus par l'opposition, le gouvernement aura du mal à convaincre les élus de l'UMP. «C'est une proposition impensable», explique le président du groupe à l'Assemblée, Christian Jacob, qui estime «a priori» qu'aucune voix ne se joindra à la majorité sur cette question.

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant