Trains Intercités : la Cour des comptes tire la sonnette d'alarme

le
1
Les trains Intercités, parent pauvre du rail français, rappelle la Cour des comptes.
Les trains Intercités, parent pauvre du rail français, rappelle la Cour des comptes.

Ils sont les laissés-pour-compte du rail français. Et pourtant, chaque jour, 100 000 voyageurs utilisent des trains Intercités en France, soit environ un quart des voyageurs de moyenne et longue distance. La Cour des comptes s'est intéressée à ces trains qui utilisent le matériel "Corail", cette troisième composante du transport ferroviaire français. Qui se retrouve coincée entre d'un côté les trains à grande vitesse (TGV), qui ont concentré les investissements en infrastructures et en matériel roulant de la SNCF, et, de l'autre, les trains express régionaux (TER), qui ont bénéficié des investissements des régions. Dans son rapport Les trains Intercités : sortir de l'indécision, la Cour livre un constat alarmant de la situation. Le parc roulant est, par exemple, caractérisé par l'hétérogénéité des moyens de traction. On comptait début 2011 pas moins de 16 modèles différents d'engins de traction, locomotives ou automoteurs ! Les locomotives diesel étaient de quatre modèles différents et les locomotives électriques de dix modèles... Ce qui impose à la SNCF de conserver dans chacune des catégories des réserves de matériel et diminue, par la force des choses, la rentabilité... À bout de souffleQuant aux ressources humaines, elles sont disséminées sur le territoire, ce qui n'aide pas à la bonne gestion... "Les moyens en personnel des trains Intercités sont répartis sur une trentaine de sites", écrit la Cour....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • poireaux le mercredi 11 fév 2015 à 12:01

    Peut être faudrait il demander à Alstom de construire des trains ? Une idée qui en vaut une autre si on veut voire ce fleuron se développer ?