Tragédie grecque

le
0
Tragédie grecque
Tragédie grecque

Douze ans après son sacre européen en terres portugaises, la Grèce a réussi un nouvel exploit en restant en dehors du premier Euro à 24 équipes. Une campagne de qualifications désastreuse, ponctuée par deux défaites face aux îles Féroé et trois changements d'entraîneurs. Ou comment passer du mont Olympe aux égouts de Paris.

6 points en 10 matchs, et la dernière place du groupe F. C'est le triste bilan de l'équipe grecque dans les éliminatoires pour l'Euro français. Une performance d'autant plus risible que la formation hellène se trouvait dans un groupe composé de la Finlande, de l'Irlande du Nord, de la Hongrie, de la Roumanie et des îles Féroé, des équipes sur le papier largement à sa portée. La réalité du terrain en a décidé autrement : une seule victoire et, battue deux fois par les îles Féroé, la Grèce ne verra pas l'Hexagone.

Ruines antiques


Lorsque Claudio Ranieri débarque à Athènes, en juillet 2014, l'enthousiasme est de taille. Et pour cause, jamais un entraîneur aussi réputé n'a dirigé la sélection grecque. Au lendemain d'un Mondial brésilien encourageant, où la Grèce échoue aux portes des quarts de finale au terme d'une épique rencontre face au Costa Rica, la progression ne peut que se poursuivre sous la houlette du coach italien. Et pourtant. Quatorze mois plus tard, Ranieri a remporté son premier titre de champion avec Leicester, et la sélection joue sur un champs de ruines. Recruté pour donner à la Grèce une identité de jeu tournée vers l'offensive, et renouveler un effectif vieillissant, le coach italien n'aura dirigé la sélection grecque qu'à quatre reprises dans les éliminatoires, pour un piteux bilan de trois défaites et un nul.


Si la décision prise par la Fédération de le limoger s'entend par les mauvais résultats, le manque de patience interpelle et reflète la frilosité du football grec. Son remplaçant, l'Uruguayen Sergio Markarian, n'aura pas réussi à inverser la tendance au cours des éliminatoires, et quittera lui aussi ses fonctions après seulement cinq mois. Après un intérim de Kostas Tsanas, c'est désormais l'Allemand Michael Skibbe qui est en charge de reconstruire. La Grèce a donc connu plus…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant