Trafic aérien perturbé à partir de lundi en raison d'une grève

le
0

PARIS (Reuters) - Air France prévoit des annulations de vols et des retards à partir de lundi en raison d'une grève des syndicats français de pilotes de ligne et de la majorité des organisations de stewards, hôtesses et personnels au sol contre le projet d'instaurer un service garanti dans les transports aériens.

Le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL France ALPA), premier syndicat de pilotes, et cinq syndicats (CGT, FO, SNPNC, UNAC et UNSA) d'Air France demandent à l'ensemble des personnels de la compagnie de cesser le travail pendant quatre jours, jusqu'au 9 février.

Les syndicats de pilotes Alter, Spaf et UNPL prônent eux aussi la grève.

Air France tablait vendredi sur le maintien de 85% de ses vols long-courriers et 80% de ses vols moyen-courriers, une prévision jugée trop optimiste par les syndicats.

Dans un communiqué diffusé dimanche, les syndicats de pilotes d'Air France "alertent les passagers des risques de perturbations majeures dans les aéroports que fait peser la direction d'Air France dans sa gestion du conflit".

Ils les mettent en garde contre "le risque de très sérieuses perturbations" durant quatre jours.

Sur son site internet, Air France se dit contraint de réduire son programme de vols et n'exclut pas des annulations de dernière minute ainsi que des retards.

Les députés français ont adopté fin janvier une proposition de loi UMP controversée dont l'objet est d'encadrer le droit de grève dans les transports aériens.

Ce texte sera examiné au Sénat à partir du 15 février et les opposants à ce texte entendent se battre jusqu'au bout.

Le gouvernement avait décidé d'inscrire cette proposition à l'ordre du jour des travaux de l'Assemblée le 20 décembre dernier, au moment où une grève des agents de sûreté perturbait l'activité des aéroports.

Le texte prévoit notamment une déclaration préalable des grévistes 48 heures avant le conflit et une prévision de trafic pour les usagers, au plus tard 24 heures avant le début de la grève, comme à la SNCF ou à la RATP.

Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant