Trackers : la disgrâce des émergents durera-t-elle ?

le
0
La Bourse de Shanghai. (© A. Goodman)
La Bourse de Shanghai. (© A. Goodman)

En Bourse, l’expérience enseigne qu’on ne se saisit pas d’un couteau qui tombe. Cependant, la disgrâce dans laquelle sont tombés la plupart des marchés boursiers émergents commence à attirer l’attention de quelques gérants à l’esprit contrariant. En 2015, les devises de ces pays-là sont tombées au trente-sixième dessous. Le réal (Brésil), le peso (Mexique), le won (Corée du Sud) et la roupie (Indonésie) ont touché de nouveaux plus-bas. Mais toute désaffection excessive appelle, tôt ou tard, une correction des excès commis.

Dégonflement de la prime

Sur les dix dernières années, le surcroît de performance des actions des grandes sociétés de pays émergents a été entièrement balayé. Néanmoins, le dégonflement de cette prime s’est produit bien avant même que la Bourse de Shanghai ne fasse des siennes, cet été. L’indice MSCI Emerging Markets a perdu 5,6% depuis janvier et 9,5% en un an.

Bloc "A lire aussi"

Le reflux de la Bourse de Sao Paulo a été, lui, bien plus spectaculaire (-20,6%) sur les douze derniers mois. Très curieusement, l’indice MSCI China n’abandonne que 8,2% en un an. La chute brutale des valeurs chinoises en août avait, en effet, été précédée d’un quasi-doublement des indices boursiers du pays ­depuis novembre 2014. Quand la Chine éternue, le reste du monde émergent, qui lui vend des tombereaux de matières

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant