"Toutes les équipes de la Copa América ont essayé de proposer du jeu"

le
0
"Toutes les équipes de la Copa América ont essayé de proposer du jeu"
"Toutes les équipes de la Copa América ont essayé de proposer du jeu"

Il a joué avec Maradona, perdu une finale de Coupe du monde, connu la Bombonera, la Beaujoire, mais aussi le Roudourou… Nestor Fabbri, devenu aujourd'hui agent de joueurs en Argentine, est un homme de grand écart, qui se farcit la Copa América et l'Euro, une compétition animée par un Payet qu'il a connu très jeune du temps où il jouait au FC Nantes.

Quelle compétition est la plus plaisante à suivre selon vous. La Copa América ou l'Euro ?
La Copa América. Les matchs de l'Euro sont très monotones, j'espère que les équipes vont s'animer avec les matchs à élimination directe. Ce n'est pas de la faute des joueurs si, dans l'ensemble, l'Euro n'est pas très spectaculaire. La majorité des joueurs manquent de fraîcheur. On sent qu'ils ont 70 matchs dans les pattes. Les joueurs semblent usés. À l'avenir, il va falloir trouver des solutions, notamment au niveau du calendrier, pour que l'Euro redevienne attractif.

La Copa América est plus relevée que l'Euro ?
Il n'y a pas une grande différence de niveau entre ces deux grandes compétitions. En Europe, le football est moins dynamique. Généralement, les scénarios des matchs se ressemblent tous : une équipe a la possession de la balle, et son adversaire l'attend pour mieux contre-attaquer. Au contraire, les équipes participant à la Copa América essaient toutes de proposer du jeu, d'avoir l'initiative.

Le Chili a mis 7 buts au Mexique en quarts de finale de la Copa América. Vous pensez que c'est une situation qui pourrait se produire à l'Euro ?
Non. L'Allemagne en a mis 7 au Brésil lors de la dernière Coupe du monde, mais c'est quelque chose d'exceptionnel, même si l'Argentine a mis six buts au Paraguay lors de la dernière édition de la Copa. En Amérique, ce genre de catastrophes arrive, car les équipes qui prennent un but essaient de réagir en se découvrant en défense. Elles perdent la boussole à vouloir remonter au score et au final, elles quittent la compétition avec une valise. En Europe, ce genre de choses n'arrive pas. Le football européen est plus cynique. Regardez l'Albanie ou l'Islande : personne ne leur a mis de raclée.

« Payet a fait une bonne saison à West Ham et désormais je pense qu'il est prêt à jouer pour une grande équipe. »Nestor Fabbri

Beaucoup de spécialistes affirmait que le Mexique était un candidat potentiel au titre…
Personnellement, je n'ai jamais pensé qu'ils pourraient aller au…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant