Tout se jouera dans les trois dernières semaines, dit Fillon

le
3
LA PRÉSIDENTIELLE SE JOUERA DANS LES TROIS DERNIÈRES SEMAINES, SELON FRANÇOIS FILLON
LA PRÉSIDENTIELLE SE JOUERA DANS LES TROIS DERNIÈRES SEMAINES, SELON FRANÇOIS FILLON

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy trouvera les mots qui devraient lui permettre d'assurer sa réélection et tout se jouera dans les trois dernières semaines de la campagne, estime François Fillon.

Dans une interview à paraître lundi dans Le Monde, le Premier ministre se dit fier du bilan de son gouvernement dans un contexte économique difficile, même s'il regrette que l'exécutif ait tardé à mettre en oeuvre la "TVA sociale".

"Rien n'est joué. Les sondages, les commentaires, tout cela va s'effacer dans les trois semaines qui précéderont l'élection derrière le face à face personnel entre les principaux candidats et les Français", dit-il en estimant que ces derniers se montreront "raisonnables dans leur choix".

Il juge que Nicolas Sarkozy "sent très bien la situation, le pays, il a gardé cette relation directe avec les Français".

"Il va pendant la campagne trouver les mots et les moyens de s'adresser à eux", explique-t-il.

François Fillon rejette les accusations de "droitisation" des thèmes de campagne par Nicolas Sarkozy, qui a proposé dans une interview au Figaro Magazine de recourir au référendum sur le statut des chômeurs et les droits des étrangers.

"Y voir une stigmatisation des chômeurs, une droitisation de la majorité, est un contresens", a-t-il dit en soulignant que le président voulait que les chômeurs bénéficient d'une formation adéquate définie avec les partenaires sociaux.

"En cas d'échec, il faut surmonter le blocage et demander son avis au peuple français", dit-il.

Le Premier ministre, qui aura passé cinq ans à Matignon, dit ne pas avoir à "rougir" de son bilan. "Face à une crise d'une violence inédite, nous avons mieux protégé nos concitoyens que dans les autres pays européens", déclare-t-il.

"ON A EU TORT D'HÉSITER"

Il estime que le "tabou" de la baisse des dépenses publiques est tombé en France grâce à l'action de son gouvernement et que l'on ne reviendra pas sur les réformes structurelles engagées, notamment celle des retraites.

Un regret, toutefois, celui de ne pas avoir dès 2007 augmenté la TVA pour financer la protection sociale, une idée qui a été abandonnée à l'époque.

"On a eu tort d'hésiter. En politique, on ne doit pas hésiter. Mais il n'est jamais trop tard pour faire les choses bien, d'autant que la violence de la crise accélère les délocalisations", explique-t-il.

Enfin, il précise qu'il n'aurait "sans doute pas" utilisé les mêmes mots que le ministre de l'Intérieur Claude Guéant, qui a déclaré que "toutes les civilisations ne se valent pas", déclenchant un tollé à gauche.

"Mais on peut prendre les propos de Claude Guéant et en débattre sans jeter des anathèmes", a-t-il dit.

"Le sujet c'est la défense d'un certain nombre de valeurs conquises par nos parents et grands-parents et qui sont menacées" par le "communautarisme" et "le relativisme qui conduit à considérer qu'on doit accepter des comportements contraires à des valeurs qui sont les nôtres."

"Nous n'acceptons pas la ségrégation entre hommes et femmes. Nous n'acceptons pas que la religion vienne primer sur les droits des personnes, les règles de fonctionnement de l'Etat. C'est un combat qui a été mené autrefois contre les excès temporels de l'Eglise catholique", conclut-il en soulignant qu'"aujourd'hui, c'est plutôt avec l'islam que la question se pose, mais c'est conjoncturel."

Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3101717 le lundi 13 fév 2012 à 10:36

    Courage, Fillons ! Et... Votons :-)

  • contract le lundi 13 fév 2012 à 09:20

    leur fierté est compréhensible ,leur train de vie n'a pas baissé d'un poil . Mais il faut avouer que quand le salaire est assuré en grande partie par les finances publiques , qu'il n y a aucune obligation de résultat et que la justice est sous contrôle c'est une autre histoire de ce qui se passe dans le secteur privé !

  • M3101717 le lundi 13 fév 2012 à 08:22

    Si c'est Fillon qui l'dit, alors... En fait, c'est un voeu pieux : j'espère que tout c'est joué ces 5 dernières années, ce serait plus juste :-)