Tout ce qui laisse encore à désirer dans la gouvernance des sociétés cotées

le
0
conseil administration(@fotolia)
conseil administration(@fotolia)

(lerevenu.com) - En Europe, il en va de la gouvernance des sociétés cotées en Bourse comme de la vie démocratique,  la vertu est au nord et les faux-semblants, au sud. L'étude comparative effectuée par le réseau ECGS (*) dans seize pays européens pointe ceux comme la France, l'Italie, l'Espagne et le Portugal où le fonctionnement des conseils d'administration présente encore des insuffisances contraires aux intérêts des actionnaires. A l'inverse, le Royaume Uni, la Norvège et surtout la Hollande figurent le plus souvent en tête du palmarès des meilleures pratiques des sociétés de l'indice Stoxx 600 qui regroupe les plus grandes capitalisations boursières d'Europe.

En France, les codes des bonnes pratiques de gouvernance ont été édictés par l'Afep et le Medef, deux organisations représentant les intérêts des émetteurs, et peut-être pas assez ceux des investisseurs, «qui n'ont d'ailleurs pas participé à leur élaboration comme en Angleterre», regrette Pierre-Henri Leroy, président-fondateur de Proxinvest. Ce cabinet analyse la gouvernance des sociétés cotées et conseille les investisseurs dans leur politique de vote aux assemblées générales. ECGS est un réseau qui fédère Proxinvest et ses homologues d'autres pays européens (DSW, Ethos, Shareholder Support, Frontis Gouvernance et Manifest).

Au terme de cette analyse européenne comparative, la France ne se

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant