Toussaint : le règne du chrysanthème

le
0
Chaque année, ce sont plus de 21 millions de pots de chrysanthèmes qui sont achetés en France à cette occasion. Cyclamens et Bruyères font pâle figure.

Certaines traditions sont bien ancrées malgré le changement d'époque et de m½urs. Aller fleurir les tombes à l'occasion de la Toussaint avec un chrysanthème reste toujours autant d'actualité. Pour les catholiques, «fleurir les tombes est un acte qui exprime la résurrection des morts», indique le père Antoine Devienne, vicaire à Saint-Christophe de Javel à Paris. Pour les fleuristes, c'est aussi une valeur sûre.

Chaque année, il se vend 21,3 millions de pots, entre octobre et novembre pour orner les allées des cimetières, selon la dernière version du panel TNS Sofres, qui mesure les achats des particuliers en végétaux d'ornement. Rien que pour ces deux mois, le chrysanthème représente 163,2 millions d'euros de chiffre d'affaires, soit 60% des sommes dépensées par les ménages dans les plantes fleuries en pot. Les cyclamens et les bruyères viennent loin derrière avec respectivement 7,7% et 6,2% des sommes dépensées.

Une nouveauté: le chrysanthème Tokyo

Blanc, jaune ou mordoré, en forme de petits pompons, de grosses boules ou alvéolé comme des marguerites, le chrysanthème est au 1er novembre ce que le muguet est au 1er mai. «C'est la fleur de saison qui résiste le mieux au gel, et l'une des moins chères. La moitié des chrysanthèmes du marché français est vendue à moins de 6 euros. Un prix qui peut aller jusqu'à 15 euros pièce suivant les variétés, avec une nouveauté: le chrysanthème Tokyo, avec sa fleur étoilée», fait-on remarquer à la Fédération nationale des fleuristes.

En France, la saisonnalité du chrysanthème est très courte et son usage quasi unique, au contraire du Japon, par exemple, où il est considéré comme la fleur culte. Malgré cela, le chrysanthème est la plante en pot fleurie préférée des Français, avec 23% des pots achetés en 2009, loin devant les orchidées (12,1%). Mais, en valeur, les orchidées, plus chères, représentent 22,3% des sommes dépensées contre 20,1% pour les chrysanthèmes.

Les acheteurs de chrysanthèmes privilégient la grande distribution ou les jardineries, qui totalisent plus du tiers des volumes et du quart des sommes dépensées. Le hard discount propose même des fleurs à moins de 3 euros. Viennent ensuite les horticulteurs, avec 17% des volumes et 18% des montants, puis les fleuristes en boutiques (13,6% des volumes et 19,1% des sommes).

Et pour ces derniers mieux vaut faire preuve de souplesse. «Chaque j'ai des clients qui m'appellent d'Amérique, de Corse ou de moins loin pour que j'aille fleurir la tombe de leur parents, explique Sylvie, responsable du magasin Symphonie Florale à Montsûrs en Mayenne. Ils me font confiance».

LIRE AUSSI :

» L'éclatant business des fleurs

» A la découverte des plantes de nos villes

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant