Tous derrière Macclesfield Town 2026

le
0

Alors que les secrets de polichinelle que tentait de dissimuler la FIFA tombent les uns après les autres, une petite ville anglaise a décidé de déposer sa candidature pour organiser la grande messe du football, en 2026. Voyage dans le Cheshire, quelque part entre la dénonciation d'un système et le goût de la bonne blague.

Tout à l'est du Cheshire, cette région centrale de l'Angleterre connue essentiellement pour le chat materné par l'esprit de Lewis Carroll, la petite bourgade de Macclesfield coule des jours paisibles. Ses 50 000 habitants regardent filer la rivière Bollin, qui va plus loin rejoindre la Mersey, en attendant le match du week-end, quand le Moss Rose se remplit pour applaudir ses héros. Officiellement élue ville la moins cultivée de Grande-Bretagne il y a dix ans, Macclesfield peut au moins compter sur son club de football pour vibrer, une fois par semaine. Le Macclesfield Town Football Club, professionnel depuis 1997, n'a jamais brillé ailleurs qu'en Football League Two (quatrième division anglaise). Aujourd'hui tranquilles en Conference Premier, les Silkmen ne s'attendaient peut-être pas à ce qu'on parle d'eux dans le monde entier. Mais en se déclarant prêt à accueillir ce monde entier pour la Coupe du monde 2026, le petit borough devait s'attendre à devenir un Big Macc.

Une candidature complète et recevable


Les superpuissances de ce monde peuvent se targuer de pouvoir injecter des milliards d'euros dans des chantiers gargantuesques, dans le Cheshire, les infrastructures sont déjà solidement ancrées au cœur de la campagne verdoyante de Manchester. "Le Moss Rose Stadium accueillera les cérémonies d'ouverture et de clôture, ainsi que la finale. Les deux cérémonies seront dirigées par les légendes de Macclesfield, David Dickinson et John Askey", peut-on lire sur le communiqué officiel du club. Au-delà des terraces de Moss Rose, les spectateurs pourront se masser dans les stades de Booth Street (1450 places), du King George V Playing Field (200 places et 14 places pour les chiens), du Tytherington Playing Field (150 places et 12 places pour les chiens), du Mount Vernon Playing Field (137 places et 12 places pour les chiens), du Weston Playing Field (124 places et 8 places pour les chiens), du Bollington Cross Playing Fields (120 places et 8 places pour les chiens) et du Mary Dendy Playing Fields (200 places et 12 places pour les chiens). Bien évidemment, les équipes du monde entier se verront attribuer des terrains d'entraînement à proximité de ces stades imposants. Seulement, "il est de la responsabilité de chaque association de s'assurer que les terrains ne sont pas occupés par des chiens".

Fer de lance de la lutte contre l'attribution…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant