Tournoi des Six Nations : les Bleus sont-ils prêts pour l'enfer vert ?

le
0
Tournoi des Six Nations : les Bleus sont-ils prêts pour l'enfer vert ?
Tournoi des Six Nations : les Bleus sont-ils prêts pour l'enfer vert ?

De l'épais brouillard de Marcoussis hier matin, à l'ambiance surchauffée de Lansdowne Road face à la 4e nation mondiale demain, les Bleus s'apprêtent à tourner une première page forte de leur saison 2015. C'est peu dire en effet que le peuple irlandais attend avec impatience ses héros victorieux du Tournoi 2014 au Stade de France et déjà parfaitement lancés dans l'édition 2015 après leur succès en Italie (26-3).

Depuis la victoire difficile contre l'Ecosse (15-8), les hommes de Philippe Saint-André, eux, préparent tranquillement ce voyage dans l'enfer vert. « On a notre bulle à nous par rapport à tout ce qui peut se dire, que ce soit justifié ou pas, raconte Wesley Fofana. Et après, chaque joueur a sa bulle à lui. » Chacun d'entre eux s'apprête donc à en sortir pour affronter un XV du Trèfle survolté et porté par son public. « L'ambiance sera forcément hostile, souligne Damien Chouly. Il y aura une grosse ferveur comme toujours dans ce stade. Mais nous allons faire abstraction de ça. On va se concentrer sur notre prestation. Nous nous sommes préparés en conséquence. Ça va être un beau match à jouer. »

Le Clermontois sera néanmoins attentif à mettre en garde ses partenaires inexpérimentés à l'extérieur (Spedding, Thomas). « On va les préparer à l'atmosphère qui les attend parce que quand on ne la connaît pas, on peut la trouver pesante, glisse le troisième ligne. Il faut savoir la prendre et l'emmagasiner pour qu'elle donne de l'énergie. »

« L'ambiance ne va pas nous déranger plus que ça, assure de son côté Yoann Huget. Il y a des joueurs d'expérience dans l'équipe qui transmettront les bons messages aux nouveaux. Mais en revanche, tout le monde s'attend à ce qu'on perde là-bas et ça, ça nous motive. »

Pour avoir vécu en décembre les confrontations européennes face aux Irlandais du Munster, Camille Lopez sait à quoi s'attendre. Et il ne s'en émeut guère. « Occupons-nous de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant