Tournée d'Obama en Afrique : dernière étape en Tanzanie

le
0
Tournée d'Obama en Afrique : dernière étape en Tanzanie
Tournée d'Obama en Afrique : dernière étape en Tanzanie

Barack Obama a quitté l'Afrique du Sud lundi matin après une visite historique placée sous le signe de l'hommage personnel à Nelson Mandela, pour Dar es-Salaam, capitale économique de la Tanzanie. C'est la troisième et dernière étape de la tournée en Afrique du président américain entamée mercredi dernier au Sénégal.

Préoccupé par la poussée chinoise sur un continent à la démographie prometteuse, le président US a annoncé sa volonté d'«ouvrir un nouveau chapitre dans la relation entre les Etats-Unis et l'Afrique», plaidant pour un partenariat d'égal à égal cher aux dirigeants africains même si l'aide humanitaire reste souvent cruciale. Obama a convié les dirigeants d'Afrique sub-saharienne à un sommet à Washington en 2014 dont le format rappelle fortement le forum de coopération Chine-Afrique (FOCAC) organisé chaque année par Pékin depuis dix ans.

Pour cette première et tardive grande tournée africaine depuis son arrivée à la Maison Blanche en 2008, le président américain, lui-même d'origine kenyane par son père, a fait étape dans les mêmes pays que son homologue chinois, Xi Jinping en mars.

Une rencontre avec Desmond Tutu

Si elle n'a pas bouleversé l'emploi du temps de Barack Obama, l'hospitalisation de Nelson Mandela s'est toutefois imposée comme le principal fil conducteur de ses trois jours de visite en Afrique du Sud, et l'a conduit à rencontrer la famille Mandela. L'état stationnaire de Nelson Mandela a épargné au déplacement d'Obama une tonalité et une humeur par trop sombres et funèbres. Au contraire, il a pu longuement exalter les valeurs communes de l'engagement de chacun au service de la société, l'unissant à l'ancien premier président noir sud-africain.

Obama a aussi rencontré un autre héros de la lutte anti-apartheid à l'humour revigorant, l'archevêque noir Desmond Tutu, 81 ans. «Nous ne sommes pas ici pour nous lamenter ...mais pour nous souvenir de certains de nos ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant