Tourisme : une bonne saison, malgré la météo

le
0
D'après la DGCIS, le nombre de nuitées a progressé de 3,1% cet été par rapport à l'année dernière. Mais toutes les régions françaises n'en bénéficient pas.

La saison touristique n'a pas été aussi morose que la météo du mois de juillet l'avait fait craindre. Elle serait même finalement plutôt bonne, d'après le bilan dressé cette semaine par la direction générale de la compétitivité, de l'industrie et des services (DGCIS). Selon des chiffres encore provisoires, le nombre de nuitées a progressé de 3,1% cet été par rapport à l'année dernière, le mois d'août ayant finalement été plus porteur que juillet.

Ces bons chiffres sont en partie tirés par les vacanciers français. Ils sont cette année plus volontiers restés dans l'Hexagone, pour des séjours plus longs que l'année dernière. Dans une moindre mesure, les étrangers ont par ailleurs été plus nombreux à privilégier la France, après une année 2010 atone, et une année 2009 marquée par la crise. Ces derniers demeurent à 85% des Européens, même si la clientèle russe, indienne et brésilienne progresse fortement. «La France devrait rester la première destination en termes d'arrivées de touristes internationaux», estime finalement la DGCIS.

Hausse du tourisme culturel

Pour autant, les territoires français ont inégalement bénéficié de cet afflux de touristes. Sans surprise, le Sud-Est de la France, plus ensoleillé, a tiré son épingle du jeu avec des hausses de fréquentation de plus de 5%. La Côte d'Azur en particulier, a enregistré cette année un afflux record de visiteurs (+6%), en partie tiré par l'effondrement du tourisme au Maghreb après les révoltes arabes. Selon une enquête réalisée par le Comité régional du Tourisme, neuf professionnels sur dix en Provence-Alpes-Côte d'Azur se déclaraient ainsi «satisfaits ou très satisfaits» de leur saison, et presque 80% d'entre eux anticipaient un mois de septembre «bon voire très bon».

La bonne humeur est moins de mise dans le Nord-Ouest, et notamment en Haute et Basse Normandie, en Lorraine ou encore en Picardie, où la fréquentation a chuté en moyenne de plus de 5%. Même si, globalement, l'effet du mauvais temps a été compensé par l'attrait croissant des touristes pour les offres culturelles, dont les grandes villes tirent pleinement bénéfice. «Dans les régions les plus arrosées, la fréquentation a souvent pu se maintenir grâce à une offre de loisirs dans des sites couverts», a noté le secrétaire d'Etat au Tourisme, Frédéric Lefebvre. Au total, 60% à 80% des professionnels perçoivent une fréquentation en hausse par rapport à 2010, souligne un sondage TNS Sofres.

Autre particularité de cette année 2011 : les touristes semblent avoir privilégié une offre de qualité. «Quelque soit la destination, ce sont les hébergements de qualité, les mieux équipés, qui ont enregistré une plus forte croissance de leur fréquentation, souligne le rapport, de 20% pour les hôtels 4 et 5 étoiles et de 5% pour les campings 4 et 5 étoiles». Ce qui explique les écarts de fréquentation très importants constatés par le cabinet Protourisme entre des sites parfois tous proches géographiquement.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant