Tourisme : sur les traces des légendes criminelles de Marseille

le
0
Tourisme : sur les traces des légendes criminelles de Marseille
Tourisme : sur les traces des légendes criminelles de Marseille

« En dix ans, ce bar qui était un repère de voyous et s'appelait le Tanagra a été plastiqué et a connu deux tueries qui ont fait trois et quatre morts dans les années 1960 et 1970. » Sur le Vieux-Port de Marseille, Mathieu Faureau, cahier couvert de photos et coupures de presse en main, explique à un groupe de cinq touristes la guerre des gangs qui a longuement opposé Francis Vanverberghe dit le Belge et Gaëtan Zampa pour le contrôle du milieu de la cité phocéenne. Un conflit qui se soldera par plus de 80 morts.

Depuis octobre dernier, cet amoureux de l'histoire marseillaise fait découvrir une à deux fois par mois la légende noire de sa ville d'adoption à travers deux parcours dans les ruelles des quartiers du Panier et de l'Opéra, hauts lieux de la saga des voyous marseillais. Ces balades à pied de deux heures, qu'il a nommées Marseille Gangster Tour, sont rythmées par des arrêts sur les lieux de crimes où Mathieu Faureau raconte les guerres entre les grands noms du banditisme de 1850 à 2000.

Les tueries du bar le Tanagra.

Carbone et Spirito, parrains de la prostitution et de la drogue dans les années 1940, les frères Guérini, Gaëtan Zampa, Francis le Belge... La liste est longue de ceux qui à travers des livres ou des films, de « Borsalino » avec Alain Delon et Jean-Paul Belmondo, à « la French » avec Jean Dujardin et Gilles Lellouche plus récemment, ont fait connaître le milieu marseillais dans le monde entier. « Le crime est une part de l'histoire de la ville, le charme et la mentalité uniques de Marseille proviennent des bons comme des mauvais côtés », apprécie Nicolas, un des visiteurs originaire de la région parisienne. « Ce sont des histoires fascinantes que l'on connaît mal, même si tout le monde a déjà entendu le nom de ces voyous », confirme Yann, 36 ans, installé à Brignoles depuis novembre et qui suit une formation à Marseille. « C'est une plongée dans une époque ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant