Tourisme, luxe et transport chutent après les attentats à Paris

le
0
LES VALEURS DU TOURISME BAISSENT À LA BOURSE DE PARIS
LES VALEURS DU TOURISME BAISSENT À LA BOURSE DE PARIS

PARIS (Reuters) - Les valeurs de l'hôtellerie, du luxe et du transport sont en forte baisse en ouverture lundi à la Bourse de Paris, en réaction aux attentats perpétrés à Paris vendredi, qui pourraient entraîner une chute du tourisme.

A 9h55, Accor abandonne 6,6%, accusant la plus forte baisse du CAC 40 qui limite son recul à 0,36%. Air France lâche 6,9%, Eurotunnel 3,98% et ADP 4,05%, tandis que dans le luxe, Hermès recule de 3,3%, LVMH de 2,37% et Kering de 1,85%.

Les professionnels anticipent une chute du tourisme en France. La fréquentation des hôtels parisiens avait déjà pâti des attentats de janvier mais le secteur craint cette fois un mouvement nettement plus massif, compte-tenu de l’ampleur des attaques survenues dans la capitale.

Le luxe est aussi directement touché, la clientèle touristique pesant pour environ la moitié des ventes du secteur en Europe.

Toutes les marques comme Louis Vuitton (groupe LVMH) ou Gucci (Kering) ont largement profité, cette année, d'un afflux de touristes asiatiques attirés par d’importants écarts de prix entre l'Europe et le reste du monde, amplifiés par la baisse de l'euro.

Les achats effectués en Europe de l'Ouest, important moteur de croissance pour le secteur, ont ainsi permis de compenser en partie les difficultés des marques en Chine.

"Les flux touristiques vers l'Europe vont nettement baisser dans les semaines qui viennent, et ce juste avant la période cruciale de Noël", soulignent les analystes de Bryan Garnier qui précisent que les fêtes de fin d'année comptent pour environ 30% du chiffre d'affaires du secteur du luxe.

A Air France, une porte-parole de la compagnie aérienne a fait savoir qu'il n'y avait "eu aucun impact sur le remplissage des avions ce week-end" et indiqué n'avoir pas encore d’élément sur un éventuel impact sur les réservations.

"Le programme de vols est maintenu pour les jours à venir", a-t-elle dit.

(Pascale Denis avec Cyril Altmeyer, édité par Julien Ponthus)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant