Tourisme: le site Skyscanner racheté par le chinois Ctrip pour 1,7 md EUR

le
0
Des employés dans le centre d'appels de l'agence chinoise de voyage en ligne Ctrip à Shanghai le 9 mars 2011 ( AFP/Archives / ANDREW ROSS )
Des employés dans le centre d'appels de l'agence chinoise de voyage en ligne Ctrip à Shanghai le 9 mars 2011 ( AFP/Archives / ANDREW ROSS )

Ctrip, la plus grande agence de voyage en ligne en Chine, va racheter le comparateur de vols britannique Skyscanner pour 1,7 milliard d'euros --dernière en date d'une série d'acquisitions chinoises dans le secteur du tourisme.

Le voyagiste chinois paiera environ 1,4 milliard de livres, principalement en numéraire, pour acquérir la compagnie basée à Edimbourg, ont indiqué les deux firmes dans des communiqués séparés diffusés mercredi soir.

Ctrip, coté au Nasdaq et en partie contrôlé par le géant chinois de l'internet Baidu, permet à ses utilisateurs de réserver en ligne des vols, des billets de train ou encore des nuits d'hôtel. Il assure avoir généré l'an passé un volume de ventes de 350 milliards de yuans (50 milliards d'euros).

"Ctrip est l'indiscutable numéro un du marché en Chine" et l'opération permet à Skyscanner de "se rapprocher un peu plus de notre objectif de rendre la recherche de voyages aussi simple que possible", a jugé le PDG de Skyscanner, Gareth Williams, cité dans un communiqué.

De fait, Skyscanner propose des services similaires à Ctrip et compte 60 millions d'utilisateurs actifs par mois, principalement en Europe. Il devrait conserver son indépendance opérationnelle et sa direction actuelle.

"Cette acquisition va renforcer les moteurs de croissance à long terme pour les deux entreprises. Skyscanner va parfaire notre positionnement au niveau mondial", a insisté Liang Jianzhang, co-fondateur et président exécutif de Ctrip.

Ctrip, basé à Shanghai, a fusionné en 2015 avec un autre important voyagiste en ligne chinois, Qunar, donnant naissance au leader du secteur. Et il affiche désormais ouvertement ses ambitions à l'international.

Ainsi, dans le rapport de ses résultats trimestriels publié mercredi, Ctrip a indiqué qu'il allait également racheter "deux importants voyagistes américains spécialisés pour servir des voyageurs chinois" --mais sans les nommer ni fournir de détails.

"Le rachat de Skyscanner, ainsi que ces deux acquisitions aux Etats-Unis, s'inscrivent dans les efforts redoublés de Ctrip pour développer ses activités à l'étranger", a indiqué à l'AFP Zhang Min, analyste du cabinet Business Connect China.

"Ctrip domine déjà de façon écrasante le marché chinois, à la fois au niveau des achats de billets d'avion et des réservations d'hôtel, donc son avenir réside dans son expansion hors de Chine", ajoute-t-il.

D'autant que les tarifs habituellement bien plus élevés à l'étranger lui permettraient d'accroître sensiblement ses marges, précise l'expert.

Autre signe de cette stratégie: des partenariats passés avec des pays ou régions à l'étranger. En mai 2014, la France avait conclu un accord avec le voyagiste pour que celui-ci promeuve davantage les destinations hexagonales et permette de se construire des itinéraires "sur mesure".

La transaction avec Skyscanner, déjà approuvée par les conseils d'administration des deux entreprises, est encore soumise à l'agrément des régulateurs, mais elle devrait être finalisée dès la fin de l'année, selon les communiqués.

C'est la dernière en date d'une série d'acquisitions très médiatisées réalisées par des firmes chinoises dans le secteur du tourisme.

Ainsi, le conglomérat Fosun avait mis la main l'an dernier sur le français Club Med, avant d'investir dans le voyagiste britannique Thomas Cook. De son côté, l'assureur Anbang s'est emparé de la chaîne américaine d'hôtels de luxe Strategic Hotels&Resorts.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant