Tourisme/Crash-L'Egypte devrait perdre E260 millions par mois

le
0

(Actualisé avec visite de Sissi) par Ahmed Aboulenein CHARM EL CHEIKH, Egypte, 11 novembre (Reuters) - Le président égyptien Abdel Fattah al Sissi s'est rendu mercredi à Charm el Cheikh, station balnéaire de la mer Rouge, qui souffre d'une baisse de fréquentation touristique depuis la suspension des vols décidée par plusieurs pays après le crash d'un avion de ligne dans le Sinaï, fin octobre. Le chef de l'Etat égyptien a expliqué que sa visite était un message de soutien aux investisseurs et entreprises de Charm el Cheikh et Hourghada, l'autre grande station touristique de la mer Rouge. Pendant son discours, plusieurs dizaines de personnes ont manifesté près d'un hôtel non loin de là contre des licenciements. Selon le ministre du Tourisme Hescham Zaazou, la décision du Royaume-Uni et de la Russie de suspendre leurs vols vers tout ou partie de l'Egypte après le crash de l'Airbus de la compagnie russe Metrojet le 31 octobre peu après son décollage de Charm el Cheikh devrait coûter à l'Egypte 2,2 milliards de livres égyptiennes par mois (260 millions d'euros). Les compagnies aériennes britanniques ont cessé de desservir Charm al Cheikh quatre jours après la destruction d'un avion de ligne. Le Royaume-Uni estime probable qu'une bombe ait été placée à bord. L'avion transportait 224 personnes. Il n'y a eu aucun survivant. Plusieurs pays européens ont ensuite pris une décision similaire. La Russie a elle suspendu ses vols vers tous les aéroports égyptiens. Selon le ministre égyptien du Tourisme, les vacanciers britanniques et russes représentent deux tiers du trafic vers Charm el Cheikh tandis que les Russes, à eux seuls, constituent la moitié des touristes vers Hourghada. Pour compenser ce qu'il décrit comme les conséquences négatives de la couverture du crash par les médias occidentaux, le ministre a annoncé son intention de lancer une campagne de promotion de l'Egypte d'un montant de cinq millions de dollars (4,7 millions d'euros) à destination des publics britannique et russe. "L'Egypte est sûre et stable et accueillante avec les gens", a déclaré le président Sissi en écho. "Ils viendront en Egypte en paix et partiront en paix et nous ferons tout pour les protéger et nous en occuper." Un responsable russe a laissé entendre qu'il était peu probable que la décision de Moscou de suspendre ses vols soit levée dans un avenir proche. (Avec Ahmed Tolba au Caire et Lidia Kelly à Moscou; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant