Touré, Thomas tout roule

le
0
Touré, Thomas tout roule
Touré, Thomas tout roule

C'est l'homme de la semaine passée. À poil face à Saint-Étienne (1-1), au poil face à Rennes (1-2), Thomas Touré a offert une victoire inespérée à Bordeaux d'une frappe splendide.

« Il a un talent certain, mais il faut dégrossir le mammouth. » Les mots ne sont pas de Claude Allègre, qui avait pourtant utilisé la métaphore animale pour se payer l'Education nationale en 1997, mais de Willy Sagnol. L'entraîneur de Bordeaux pourrait parler de lui, le personnage préhistorique qui s'aime un peu, mais il évoque dans les colonnes de L'Équipe le dernier jeune loup de sa meute rajeunie. Homme de la semaine du côté de Bordeaux, Thomas Touré, classe 93, est passé chez les pros dans le courant d'une année 2014 passée au rythme des allées et venues entre la réserve dont il était le meilleur buteur (7 pions en 2013-2014) et le groupe professionnel, qu'il a découvert en mai dernier, à Monaco et à Valenciennes. Une fierté pour le natif de Grasse, embourbé en CFA la vingtaine approchant, dans un monde où même à Bordeaux, certains voient la Ligue 1 avant leur première bouteille de Pauillac. Comme Kaabouni, Saivet, Poko ou encore Emiliano « Salagoal » Sala, Thomas Touré est le symbole de la jeunesse bordelaise. Une escouade décomplexée qui profite d'un contexte favorable pour faire du rêve une certaine réalité. Si son parcours est particulièrement cabossé, force est de constater que depuis deux semaines, pour Thomas, tout roule.
Les bijoux de famille et le panier
À chaque saison sa nouvelle génération. En 2014-2015, Ngolo Kanté, Gaëtan Bussmann, Thomas Touré ou encore Allan Saint-Maximin devraient se faire une petite place au soleil. Ce qui est bien, notamment avec les deux derniers, c'est qu'à la fraîcheur qu'ils apportent sur le terrain se rajoute la fraîcheur médiatique. Pas encore dans le calcul, dans la langue de bois ou la manipulation, ces jeunots parlent, commentent, comme ils l'entendent, et c'est plutôt plaisant. Si le Stéphanois s'est distingué au micro de Laurent Paganelli, c'est sur les réseaux sociaux que Thomas Touré est hyperactif. S'il y distille généralement ses commentaires sur l'actualité sportive, c'est sur la sienne qu'il a dû s'attarder en milieu de semaine dernière après sa première titularisation en Ligue 1 face à Saint-Étienne. « J'ai regardé direct mon portable parce que dès les couloirs, on m'a dit : va sur Twitter, il y a quelque chose de sympa à regarder » confiait-il à L'Équipe. Ce qui était sympa, ce n'est pas le match nul entre les Verts et les Girondins, mais sa chute en plein match lors de laquelle il a perdu son short pour......

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant