Touré cartonne, Rekik déconne

le
0
Touré cartonne, Rekik déconne
Touré cartonne, Rekik déconne

Dans un match décousu, le jeune Touré, mais surtout l'infame Rekik ont réussi à faire la décision. Chacun à leur façon, pour un match nul qui n'arrange personne.

Olympique de Marseille


Mandanda (5,5) : Piégé par la trajectoire du ballon sur le premier but, auteur d'une incroyable parade reflexe, Steve a surtout inventé un nouveau concept : la passe décisive de 60 mètres pour l'équipe adverse. En même temps, c'était ça ou laisser la relance à Rekik.

Mendy (4) : Trop souvent pris dans son dos par petit Fab' en première mi-temps, Benjamin a été plus consciencieux en seconde. En revanche, impossible de lui pardonner l'oubli de Touré sur le premier but monégasque. Et la sensation qu'il ne maîtrise pas encore toutes les figures imposées à son spot. BMX.

Rekik (^^) : Fédération des Associations pour le Don d'Organes et de Tissus Humains, 75462 Paris Cedex 10 B.P. Téléphone : 01 42 45 63 40. Demander Jérôme Boateng. Greffé par Lucas Silva, qui aurait pu donner la victoire aux siens si Monaco n'avait pas fait entrer Ocampos.

Nkoulou (5) : Mieux vaut être seul que mal accompagné. Surtout d'une sauce hollandaise qui a tourné.

Dja Djédjé (6) : Monté sur pile, Brice a une nouvelle fois trimbalé ses jambes d'haltérophile bulgare tout le long de son couloir, délivrant même le centre du premier but marseillais. Foutez lui de grandes oreilles, habillez le de rose, et Brice se fera un plaisir d'imiter le lapin Duracell pendant 4h consécutives.

Isla (3) : Tel un cuistot pakistanais à Paris, il est resté planqué, envoyant des plats sans saveur à ses coéquipiers. Isla my Bad.

Diarra (6) : Le voir jouer est une fête. Le voir évoluer aux milieux de pipes, c'est n'importe quoi. Pour toi Lass'.

Youtube
Cabella (6) : Petit à petit, Cabella retrouve le niveau qui était le sien, multipliant gestes techniques et accélérations fulgurantes. Ne reste qu'un peu d'efficacité à ajouter et Rémy deviendra le 10 que l'OM attend depuis si longtemps.

Alessandrini (6) : Il a beau être énervant, Alessandrini ne déçoit que rarement lorsqu'il arpente le terrain. Une chiche pour l'ouverture du score, une belle activité et même un gros mot une fois placé sur le banc. Alors bordel,…


















Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant